Avertir le modérateur

16/10/2009

Un quart d'heure avec Henry Kissinger

IMG_0179.JPG

Henry Kissinger, d'abord, je le voyais nettement plus grand. C'est vrai qu'à force de le présenter comme un géant je m'étais imaginé une stature. Or c'est un petit bonhomme ventripotent qui entre dans le salon du Ritz, palace où il a ses habitudes lorsqu'il passe par Paris. Oui, Kissinger ne se refuse rien, il a donné quelques conférences à un million de dollars et à l'occasion conseille encore nombre de puissants, y compris Obama. Kissinger a été secrétaire d'Etat de deux présidents américains républicains, Nixon et Ford. S'il n'était pas né en Allemagne et naturalisé américain avec ses parents-la famille avait fuit le nazisme après la nuit de cristal-, il aurait eu toutes ses chances d'être élu Président. Il a dû se contenter des affaires étrangères et du prix Nobel de Paix pour ses efforts de paix au Vietnam, ce qui n'est dejà pas si mal, comme disait Mitterrand à propos de Rocard.
Pourtant, évoquez cette rencontre, devant la plupart de vos collègues, on ne vous regardera pas avec envie mais plutôt comme si vous aviez rendez-vous avec Mephisto: On vous parle des bombardements au Cambodge contre le vietcong qui firent enormément de victimes civiles et bien sûr dans les années 70, l'opération Condor, dans laquelle Kissinger est soupçonné d'avoir trempé. Condor est cette opération secrète d'élimination d'opposants de gauche latino-américains dans les pays ou ils s'étaient réfugiés, y compris aux Etats Unis. Kissinger est obligé de limiter ses déplacements à l'étranger car plusieurs ONG essaient de l'envoyer devant la Cour Pénale internationale. Peu de chance qu'ils y arrivent mais dès fois qu'un petit juge ambitieux veuille se faire de la pub en l'envoyant au trou comme Polanski, je vous laisse imaginer...
Donc je rencontre cet homme, digne continuateur de Bismark dans la realpolitik moderne et oracle diplomatique. Je le trouve au Ritz en compagnie d'Hubert Vedrine qui faisait partie des rares personnes dans la confidence. Normal, Vedrine c'est un peu notre Kissinger à nous. Un pro. Pour lui aussi la diplomatie n'est affaire ni de droite ni de gauche, mais de réalités incontournables. Aucun principe aussi noble soit-il, (comme par exemple les droits de l'homme) ne sauraient s'y substituer. C'est ainsi que tout anti-communiste viscéral qu'il soit Kissinger devint un symbole de la détente et de la fameuse méthode des "petits pas" ou "shuttle diplomatie" qui fit beaucoup d'émules avec les progrès de l'aviation. Car Kissinger est tout sauf un néo-con. Il parle beaucoup par "understatement", par litote. Mais tâchons de résumer sa pensée:
Il pense qu'il faut parler avec tout le monde et approuve par exemple la main tendue d'Obama aux iraniens. Ce qui le chagrine ce n'est pas la carotte, mais qu'on ne voit pas le bâton. Autrement dit que les Américains ne paraissent pas crédible dans leurs menaces de rétorsion au cas où les négociations avec Téhéran sur le nucléaire échouaient. Préoccupation qu'il résume ainsi: "Il ne faut jamais que votre interlocuteur sente que vous êtes disposé à accepter finalement ce que vous qualifiez dès le départ d'inacceptable". Et prend ça M. le prix Nobel à crédit!
Deuxième question: l'Afghanistan est-elle un nouveau Vietnam? Peut-être bien puisque Kissinger pense que:
1-Obama n'a pas d'autre choix que d'écouter le commandant qu'il a lui-même nommé sur place, le général Mc Chrystal, et d'envoyer des renforts importants, à defaut de quoi les talibans interpreteraient cette irrésolution comme un signe de faiblesse, et même de défaitisme.
2- Que la victoire militaire n'est rien sans l'appui de l'opinion publique. Au Vietnam nous avions presque gagné, dit-il, mais l'opinion ne soutenaient plus l'effort réclamé. Le Watergate a fini de tout ficher par terre et a précipité la débacle. Cette fois-ci les alliés des Américains ne se bousculent pas non plus pour les appuyer militairement (Sarkozy vient d'annoncer qu'il n'y aurait pas un soldat français de plus)
Conclusion: Obama a toutes les chances de se planter.
Mais Kissinger, c'est aussi un grand conteur. Allez tonton Henry (86 ans) une anecdote pour finir sur la fin du mur de Berlin, il y a 20 ans déjà: "J'étais en Chine, ou je m'entretenais avec Deng Xiaoping. Tout semblait calme, mais Deng m'explique que le bloc communiste en Europe de l'Est est condamné parce que Gorbatchev a fait la glasnost (ouverture démocratique) avant la perestroïka (modernisation économique et sociale), et que les Chinois ne feront jamais la même erreur. Là dessus je m'envole pour Hawaï, ou j'attéris quelques heures plus tard. Et j'apprends que le mur n'existe plus!" Il faut toujours faire très attention à ce que disent les Chinois.

22/06/2009

Ce que nous enseigne le printemps de Téhéran

Depuis le début des évènements de nombreux journalistes ne savent pas comment réagir face au phénomène Twitter. Cela peut se comprendre car la profession dans son ensemble traverse une crise sans précédent. Crise économique avec les menaces de disparition de la presse écrite, crise morale aussi et surtout. Jusqu'ici on nous a appris qu'un journaliste "digne de ce nom" (j'emploie ici volontairement des guillemets car cette formulation figure dans la charte des journalistes), qu'il devait opérer à visage découvert, maintenir distance et neutralité par rapport aux parties prenantes à un conflit (qu'il s'agisse d'une grève, d'une manifestation ou d'une guerre), et enfin à ne relayer que des informations recoupées, et/ou provenant de "sources indépendantes". Donc, face à twitter, beaucoup de journalistes tordent le nez. La raison principale est existentielle: Comme le prouve la couverture des évènements en Iran, ils (même la télévision) sont battus à plate-couture par les blogueurs. Cela vaut sur la rapidité, et même dans une large mesure sur l'exactitude des faits rapportés. Il est vrai que beaucoup d'informations fantaisistes, beaucoup de "hoax" sont diffusés sur Twitter. Pourtant, depuis le début des manifestations, je m'informe de manière quasi compulsive sur Twitter et je suis de plus en plus navré lorsque je branche une radio ou une télé: formulations vagues, abus de conditionnels, quand ce n'est pas tout simplement aveu d'échec et d'impuissance. A France 24, comme ailleurs, j'en suis sûr, nous faisons de notre mieux pour relayer les infos du net, mais nous sommes encore un peu maladroits et réticents devant ce que certains vivent comme une dépossession. Or nous ne devrions pas avoir peur.
Les envoyés spéciaux sont, on l'a dit, empêchés de faire leur travail, menacés et priés de dégager à l'expiration de leur visa. Mais pour les confrères iraniens, c'est encore pire, beaucoup ont été arrêtés, et ont disparu. Demain qu'apprendront nous sur leur sort? Dans ces conditions, notre travail consiste à collecter le plus de témoignages possibles provenant d'acteurs du soulèvement populaire. N'est-ce pas ce que l'on fait, déjà, lorsque , par exemple, on interroge un manifestant par téléphone? Bien sûr le risque de manipulation ou simplement d'erreur existe, mais ce risque n'est-il pas inhérent à l'exercice de ce métier? Avec le temps on apprend à le déjouer, mais qui peut affirmer qu'il ne commettra pas d'erreur, ne sera jamais abusé? Commettre des erreurs n'est pas grave, ce qui l'est c'est de ne pas le reconnaitre, de ne pas rectifier, corriger quand et si on s'en aperçoit. Ce métier est inconcevable sans prendre ce genre de risque qui n'est pas mortel et sans commune mesure, soit dit en passant, avec ceux que prennent les journalistes qui bravent les interdictions pour se méler aux cortèges. Or, depuis que j'utilise Twitter pour rester informer en temps réel et parce que je ne trouve plus mon compte sur les télés et les radios, je suis frappé de voir à quelle vitesse on apprend à éviter certains pièges, à faire le tri entre les sources dont le serieux (ou le manque de sérieux) apparait rapidement. De plus le système du RT (ou retwitt) permet de donner une information en la sourçant, ce que beaucoup de journalistes des medias traditionnels oublient de faire depuis bien longtemps!
Pourtant, lorsque- de plus en plus souvent- ceux-ci reprennent des infos du net, ils prennent de telles précautions que cela en devient presque risible.Pourtant, ces derniers jours ils ont du se résoudre à le faire putôt que de se trouver dans la situation de n'avoir rien à dire, ou de n'annoncer que des infos qui sont sur Twitter depuis 24 heures! Personellement, lors de la première manifestation violente de la semaine dernière, alors que les sources "officielles" parlaient d'un mort, j'ai dit à l'antenne que certaines sources sur twitter avançaient 7 morts. J'ai pris le risque d'être démenti, mais le lendemain matin j'ai constaté avec plaisir que ma radio préférée reprenait ce chiffre sur son antenne! Grâce à Twitter France 24 avait plusieurs heures d'avance! Quand à l'exactitude, je crains malheureusement que nous ayons été encore en dessous de la réalité.
Utiliser Twitter demande un apprentissage (ça va très vite encore une fois!), mais comme on apprend à lire une dépêche d'agence, un article de journal, à hierarchiser la fiabilité des sources d'information. Je ne peux m'empêcher de me demander ce que cache la frilosité d'un certain nombre de confrères (pas tous fort heureusement): paresse? conservatisme? manque de formation aux nouvelles technologies? Il y a sans doute un peu de tout cela. Mais je crois que beaucoup sont en réalité complètement déboussolés. En fait, ils se rendent compte que notre métier est en train de changer rapidement et il ne savent pas si c'est en mieux. Or je pense que l'on a besoin d'eux, de leur formation initiale et leur "professionalisme" pour que cela n'aille pas n'importe où. A condition qu'ils admettent deux principes nouveaux:
1: Informer exige de travailler en réseau. Il n'y a plus de magistère de l'information (la dépèche, le 20 heures, le "grand" journaliste qui sait etc.). Même sur le terrain, au coeur de l'évènement l'envoyé spécial aguerri peut commettre des erreurs voir des fautes. L'histoire récente est pleine d'exemple de ce genre. Publier une info necessite de plus en plus de la soumettre au savoir des autres (et pas simplement à leur jugement). Ce travail de coopération permet justement de corriger certaines erreurs, de confirmer certains choix etc. Croire aux sources "indépendantes" et donc supposées "infaillibles" est une illusion. Ça l'a toujours été. On l'admet pour les sources gouvernementales, mais c'est aussi vrai pour les sources non-gouvernementales. Tout le monde a son prisme, ses préjugés. Il ne s'agit pas toujours de tromper volontairement l'opinion. Le travail en réseau améliore la fiabilité des circuits d'information. Je me souviens d'une époque où l'on croyait encore qu'une information publiée par Le Monde était en béton. Aujourd'hui il n'y a pas moins, mais pas plus d'erreur sur Twitter que dans n'importe quel journal, ou sur n'importe quelle antenne.
2: Plus fondamentale encore: Informer ne peut se faire sans s'autoriser à laisser libre cours à une certaine empathie. Je dis "laisser libre cours", car je sais que le journaliste ressent ce besoin d'empathie. Sinon c'est une brute cynique. Mais au moment de prendre la plume ou de passer à l'antenne, il se croit obligé de le réprimer. Croire que cette empathie obscurcit le jugement est une erreur profonde. Déjà, devant les tentatives de génocide en Bosnie les plus grands reporters se sont rendu compte qu'il était non seulement illusoire mais criminel de maintenir la balance entre les victimes et les bourreaux. L'idée même d'objectivité est une illusion et l'acharnement de certains à maintenir une égale distance émotionelle entre les protagonistes d'un conflit est au moins chimerique, ou pire dangereuse. Je constate que beaucoup de reporters avouent facilement qu'ils ne parviennent pas, ou plus, dans certaines situations à retenir cette empathie spontanée et naturelle qui est intrinsèque sur Twitter. La communauté Twitter soutien les manifestants en Iran, comme 90% des journalistes (au moins!) en leur fort interieur. Il ne s'agit pas de désinformer, de distordre les faits, encore moins de se transformer en agent de propagande, mais seulement d'admettre enfin que le métier de journaliste n'est pas scientifique. Ou alors que c'est une science humaine!

03/01/2009

Gaza, la deuxième mort de Samuel Huntington?

Et si la guerre d'Israël contre le Hamas était le premier conflit post-"choc des civilisations"?
Je m'explique: Dans sa fameuse théorie, le Pr Samuel Huntington-décédé la semaine dernière- nous avait expliqué que, conséquence principale de la fin de la guerre froide, les conflits idéologiques étaient condamnés à disparaitre dans un monde transformé et determiné par des chocs entre civilisations, au nom de valeurs culturelles et religieuses rivales.
C'est ainsi, par exemple, qu'en vertu de cette théorie  un immigré musulman, même vivant dans une démocratie occidentale, et parvenu à une certaine aisance matérielle se sentirait toujours solidaire de la souffrance d'autres musulmans, y compris lorsque ceux-ci se battent au nom de convictions politiques étrangères. Huntington en tirait la conclusion que chaque civilisation devait rester tranquilement chez elle et surtout bien se garder de toute prétention à exporter ses propres valeurs. Ainsi, contrairement à ce que croient ceux qui ne l'ont pas lu, Huntington était un farouche adversaire de la guerre en Irak menée au nom d'une supposée universalité des principes démocratiques (et d'interêts moins avouables). Cette théorie avait, et conserve une certaine pertinence. Mais elle a aussi, fort heureusement ses limites.
La guerre de Gaza en fourni une démonstration éclatante.
La première limite est géopolitique: lorsque la "civilisation" d'en face est située à seulement quelques kilomètres de vos centres urbains et que vous êtes à portée de ses roquettes artisanales, la dissuasion n'opère plus et il est difficile de rester très longtemps sans rien faire, surtout si vous êtes une démocratie et que les élections approchent.
L'autre limite est plus substantielle dans la mesure où elle remet en cause le coeur de la théorie: Des conflits continuent d'exister au sein d'une même civilisation, et sont parfois d'une bien plus terrible cruauté.
Huntington n'était pas assez sôt pour ne pas avoir vu et analysé l'antagonisme entre l'Islam sunnite et l'Islam chiite, il n'en avait pour autant pas mesuré le caractère irreductible.
Ainsi, dans notre affaire, les régimes arabes sunnites se sont-ils facilement consolés de leur impuissance à faire cesser ce qu'ils ont dénoncé comme "l'agression barbare" d'Israël, pour la bonne raison qu'il y a bien longtemps que l'Iran a remplacé Israël comme menace qu'ils craignent le plus dans la région. Et l'Iran est devenu le protecteur du Hamas palestinien. Plus frappant encore que le silence de l'Arabie Saoudite, les déclarations explicites de la diplomatie egyptienne rejetant sur le Hamas la responsabilité de l'affrontement pour avoir posé des conditions irréalistes et inacceptables à la reconduction de la trève (et pour avoir osé soumettre ces conditions à l'Egypte comme médiateur). Dans un premier temps, l'Iran, son alliance avec la Syrie et le Hezbollah libanais, semblait se contenter d'incarner le leadership de l'Islam chiite. En décidant de soutenir le Hamas palestinien, il défiait à la fois l'Autorité Palestinienne, mais aussi l'Egypte voisine qui se sent menacée par cette branche des Frères Musulmans et la monarchie Saoudite qui craint d'être un jour renversée par ces intégristes à vocation "sociale" qui ne manquent aucune occasion de dénoncer la corruption de leur régime. L'incompétence des Américains en Irak, l'enlisement en Afghanistan ont définitivement conféré à Téhéran un rôle d'indispensable pivot régional (le fameux "croissant chiite"), statut conforté par l'avancement inéluctable de son programme nucléaire.
Mais le plus extraordinaire est l'appui apporté au grand jour par le Fatah à l'opération "plomb durci". Non seulement Mahmoud Abbas a été le premier à affirmer que le Hamas avait provoqué Israël, mais la police palestinienne a fait ce qu'aucune autre police dans le monde n'avait osé faire: intervenir brutalement-en Cisjordanie- pour disperser les manifestations de solidarité avec les frères bombardés de Gaza, et ce d'autant plus durement que les protestataires brandissaient des bannières vertes du Hamas.
Entre les frères ennemis palestiniens, les choses sont allées trop loin et toute réconciliation parait impossible.
De  surcroit, dès le premier jour du conflit, il est apparu que le Hezbollah n'avait pas les moyens d'ouvrir un nouveau front au Nord contre Israël pour soulager les souffrances des gazaouis. Et ce pour des raisons plus politiques que militaires. La priorité du Hezbollah est aujourd'hui de montrer qu'il obéi d'abord aux interêts nationaux du Liban avant de raisonner en "proxy" de l'Iran. Par conséquent, les reproches de Nasrallah et d'Ahmadinedjad contre les régimes arabes "complices de l'entité sioniste" restant sans effet, il était clair que Téhéran était en situation de faiblesse, et qu'il fallait en profiter.
Tout se passe donc comme si l'Egypte et l'Autorité Palestinienne avaient décidé de laisser à Israël le temps nécessaire pour écraser le Hamas à Gaza, dans le but d'y réinstaller l'autorité d'Abbas, et de réunifier les deux Palestine. C'est d'ailleurs le plan de Moubarak qui a clairement indiqué qu'il n'accepterait la réouverture de la frontière sud de Gaza qu'à condition que l'Autorité Palestinienne y revienne. Renverser le Hamas, humilier les frères musulmans et donner une leçon à l'Iran sont des raisons suffisantes pour voire émerger cet axe en apparence insolite Jerusalem-Le Caïre-Ramallah.
Reste que la validité de ce scénario n'est pas encore prouvé. D'abord parce qu'Israël (dont les dirigeants sont divisés sur l'objectif) cherche toujours un moyen d'éviter une guerre totale contre le Hamas. Jérusalem se contenterait de pouvoir dicter les conditions d'une nouvelle trève de long terme: Cessation totale des tirs de roquettes et mécanisme d'application international du cessez-le-feu.
Ensuite, parce que les capacités de resistance du Hamas dans un combat de rue avec Tsahal restent inconnues et que l'issue peut s'avérer aussi incertaine qu'en 2006 au Liban. Pour Israël, comme pour ses alliés, une demie victoire serait catastrophique car le Hamas et sa propagande en ferait certainement un triomphe.
Mais admettons que l'Autorité Palestinienne reprenne le contrôle de Gaza dans pareilles circonstances. Sa "complicité" avec Israël serait flagrante et a priori source de contestation pour Abbas. A moins que...Et ce serait de loin le meilleur scenario...A moins que, profitant de sa victoire totale et de la restauration de son partenaire et allié dans l'ensemble des territoires palestiniens, Israël ne montre immédiatement qu'une ère nouvelle commence, c'est à dire qu'il lève aussitôt le blocus de Gaza, mais aussi qu'il accélère la transmission de la sécurité en Cisjordanie au Fatah, libère massivement les prisonniers palestiniens, évacue les colonies avancées et s'implique cette fois sans arrières-pensées dans de réelles négociations sur le statut final des territoires. C'est bien le moins que pourrait espérer Abbas en remerciement de son coup de main, et qui serait seul en mesure de restaurer quelque peu son prestige. C'est ce qu'il attend désespérement et qu'Israël lui refuse depuis quatre ans...à la grande satisfaction du Hamas.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu