Avertir le modérateur

17/03/2009

Colonna toujours

Je n'aime pas les comparaisons, et pourtant, un peu malgré moi, certaines images désagréables défilent en boucle: Les "sections spéciales" de Vichy administrant une justice politique...Ses verdicts au mètre. Le président de la cour d'assises jugeant Alfred Dreyfus hurlant à son avocat que "la question ne sera pas posée!", puisqu'elle n'offrait aucune réponse qui convenait à l'accusation et soulignait , au contraire, la légèreté de celle-ci. Ce procès Colonna m'obsède de plus en plus. Pas de reconstitution, pas de supplément d'enquête. La cour d'assises spéciale s'obstine. On sent en effet que le prévenu est condamné d'avance. J'ai même lu dans un compte rendu d'audience (je ne sais si ce détail ahurissant est vrai, ou s'il s'agit d'une coquille) que le président de la cour se serait laissé aller en lançant à Colonna que rien dans le dossier ne prouvait qu'il était innocent...
Je n'ai pas à me prononcer sur le fond de cette affaire, ni à faire part d'une "intime conviction". Je me souviens seulement avoir été bouleversé et révolté par l'assassinat du préfet Erignac, ému par la détresse de sa famille. Mais je sais seulement qu'au dessus de cela, il y a l'idée que je me fais de la justice et qui se résume simplement à ceci: je préfère un coupable en liberté qu'un innocent enfermé à vie.
Surtout, ce que j'ai le plus de mal à comprendre c'est que nous soyons si peu nombreux à nous alarmer de cette parodie de justice qui se déroule, là, sous nos yeux, non pas dans la Russie de Poutine mais dans la France de Sarkozy, et qui va -sauf coup de théâtre- se solder par la condamnation d'un homme à la réclusion perpetuelle. Il y a bien Apathie qui raconte ici , pour s'en indigner, le dernier épisode- hallucinant- de cette mascarade: la réapparition d'un témoin "clé" de l'accusation, subitement guéri d'une dépression, immédiatement après que la défense a annoncé son retrait du procès et ne peut donc plus l'interroger! Et que dire de la chancellerie et, encore plus étonnant de l'opposition, totalement muette et qui préfère concentrer ses tirs sur la réintégration du commandement de l'Otan qui alimente ses fantasmes d'alignement sur les Etats-Unis. Colonna sera donc vraisemblablement condamné, en vertu de la plus sombre raison d'Etat. Reste à espérer qu'il reste encore, à la cour de cassation, quelques magistrats qui disposent encore d'une conscience pour dénoncer ce déni de justice.

11/03/2009

Valse avec Béchir

 

Le journaliste vedette du New York Times Thomas Friedman, pense que, dans le monde arabe, si vous n'expliquez pas un évènement par la théorie du complot, inutile d'insister, personne ne vous croira! Cela se vérifie encore après le mandat d'arrêt lancé par la Cour Pénale Internationale contre le président Soudanais Al Béchir. Et les Arabes ne sont pas seuls à penser que l'occident néocolonialiste se cache derrière le faux nez de la justice internationale. L'Union Africaine-même le sénégalais Wade- s'inquiète, demande la suspension de la mesure, pense qu'on s'en prend toujours aux mêmes, c'est à dire aux Africains. Un comble, alors que les victimes des crimes du Darfour sont bien des Africains (noirs)! En résumé, tout se qui se veut islamiste, anticolonialiste ou marxiste (ou les trois en même temps, ça existe) sur le continent africain pense que la décision des juges est un coup des Américains, rappelle que cela fait des années que Bush veut la peau du leader soudanais, qu'il veut (comme en Irak) mettre la main sur le pétrole soudanais etc...Même un pays modéré comme l'Egypte que menace tous les jours le radicalisme musulman s'est dit "surpris et inquiet", simplement par solidarité arabe.
Que Bush ait quitté la Maison Blanche en janvier, que Washington ne soit pas même partie à la CPI (elle n'a jamais signé le traité de Rome qui l'a créée) ne change rien aux yeux de ces "conspirationnistes". Et même, se demandent-ils, Pourquoi ne pas envoyer l'Otan renverser et arrêter Al Béchir, comme avec Saddam en Irak?
La palme revient au président de l'assemble générale des nations unies, le Nicaraguyen Miguel D'Escoto Brockmann qui s'est déclaré "désolé" par la décision de la cour qui, selon lui, ferait mieux en s'attaquant aux vrais "puissants" qui se rendent coupables des "pires" atrocités commises en ce moment dans le monde. C'est à dire bie sûr aux Américains en Irak. Aux Arabes, aux Africains, il faut donc ajouter dans ce rejet des actes de la CPI les chavezistes sud-américains, qui pensent eux-aussi que l'empire du mal, c'est les Etats-Unis.
Il faut bien sûr leur rappeler quelques faits: D'abord, si Al Béchir est bien le premier chef d'Etat en exercice visé par la cour permanente, avant lui, Milosevic, un européen, l'avait été par le TPY. Ensuite, que c'est le conseil de sécurité qui a saisi le tribunal de la Haye, donc avec l'accord de la Russie et de la Chine qui sont des clients et des protecteurs du régime soudanais. Que Pékin et Moscou s'inquiètent aujourd'hui de ce mandat et demandent sa suspension relève de la pure hypocrisie.
La seule nouveauté dans ce mandat d'arrêt c'est qu'il entreprend un processus de Justice alors que les massacres continuent et que certains craignent que cela menace les efforts de paix. Mais la communauté a laissé à Béchir de nombreuses occasions d'y échapper, mais il a refusé toutes les concessions politiques, incrédule sans doute dans la determination de la CPI, ou pensant sans doute qu'elle n'était pas vraiment indépendante politiquement.
La Cour pénale internationale est une grande avancée pour l'humanité, mais elle vient de se fracasser sur la froide réalité qui gouverne aujourd'hui les relations internationales: le choc des civilisations. Le dénoncer ne sert à rien, on ne peut que le constater: L'idéal d'universalisme qui est à l'origine d'une institution comme la CPI, l'idée qu'au dessus de la realpolitik et de la raison d'Etat il puisse y avoir tout simplement une justice indépendante, laisse froid les trois quart de la planète, persuadée qu'il ne s'agit que d'une justice de puissants, d'une justice occidentale. On peut bien se dire pour se rassurer, qu'il ne s'agit que du sentiment des trois quarts des dirigeants, le plus souvent des dictateurs ou des populistes qui ont bien des choses à se reprocher, mais que, si vous demandez ce qu'en pense la femme qui vient d'être violée par un soldat, ou celle qui vient de voir son fils massacré sous ses yeux, il est fort probable que quelquesoit la couleur de sa peau, la langue qu'elle parle, elle vous dira que dans ce monde barbare, la seule chose qui puisse un tant soit peu la réconforter est de se dire qu'il n'y a plus d'impunité pour les auteurs de crimes de masse, fussent-ils des chefs d'Etats.
Il faut aussi reconnaitre que ce qui entretient ce procès à la mode de "deux poids, deux mesures", c'est que le conseil de sécurité de l'ONU, et en particulier ses membres permanents qui jouissent d'un droit de veto, ne traduit plus la diversité du monde. On peut espérer que, le jour ou un grand Etat musulman ou arabe (l'Indonésie ou l'Egypte), un pays d'Amérique latine (le Brésil ou le Mexique) et une grande démocratie d'Asie comme l'Inde se verront enfin ouvrir les porte de ce club fermé depuis 1945, son bras judicaire s'en trouvera légitimé.


 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu