Avertir le modérateur

03/01/2009

Gaza, la deuxième mort de Samuel Huntington?

Et si la guerre d'Israël contre le Hamas était le premier conflit post-"choc des civilisations"?
Je m'explique: Dans sa fameuse théorie, le Pr Samuel Huntington-décédé la semaine dernière- nous avait expliqué que, conséquence principale de la fin de la guerre froide, les conflits idéologiques étaient condamnés à disparaitre dans un monde transformé et determiné par des chocs entre civilisations, au nom de valeurs culturelles et religieuses rivales.
C'est ainsi, par exemple, qu'en vertu de cette théorie  un immigré musulman, même vivant dans une démocratie occidentale, et parvenu à une certaine aisance matérielle se sentirait toujours solidaire de la souffrance d'autres musulmans, y compris lorsque ceux-ci se battent au nom de convictions politiques étrangères. Huntington en tirait la conclusion que chaque civilisation devait rester tranquilement chez elle et surtout bien se garder de toute prétention à exporter ses propres valeurs. Ainsi, contrairement à ce que croient ceux qui ne l'ont pas lu, Huntington était un farouche adversaire de la guerre en Irak menée au nom d'une supposée universalité des principes démocratiques (et d'interêts moins avouables). Cette théorie avait, et conserve une certaine pertinence. Mais elle a aussi, fort heureusement ses limites.
La guerre de Gaza en fourni une démonstration éclatante.
La première limite est géopolitique: lorsque la "civilisation" d'en face est située à seulement quelques kilomètres de vos centres urbains et que vous êtes à portée de ses roquettes artisanales, la dissuasion n'opère plus et il est difficile de rester très longtemps sans rien faire, surtout si vous êtes une démocratie et que les élections approchent.
L'autre limite est plus substantielle dans la mesure où elle remet en cause le coeur de la théorie: Des conflits continuent d'exister au sein d'une même civilisation, et sont parfois d'une bien plus terrible cruauté.
Huntington n'était pas assez sôt pour ne pas avoir vu et analysé l'antagonisme entre l'Islam sunnite et l'Islam chiite, il n'en avait pour autant pas mesuré le caractère irreductible.
Ainsi, dans notre affaire, les régimes arabes sunnites se sont-ils facilement consolés de leur impuissance à faire cesser ce qu'ils ont dénoncé comme "l'agression barbare" d'Israël, pour la bonne raison qu'il y a bien longtemps que l'Iran a remplacé Israël comme menace qu'ils craignent le plus dans la région. Et l'Iran est devenu le protecteur du Hamas palestinien. Plus frappant encore que le silence de l'Arabie Saoudite, les déclarations explicites de la diplomatie egyptienne rejetant sur le Hamas la responsabilité de l'affrontement pour avoir posé des conditions irréalistes et inacceptables à la reconduction de la trève (et pour avoir osé soumettre ces conditions à l'Egypte comme médiateur). Dans un premier temps, l'Iran, son alliance avec la Syrie et le Hezbollah libanais, semblait se contenter d'incarner le leadership de l'Islam chiite. En décidant de soutenir le Hamas palestinien, il défiait à la fois l'Autorité Palestinienne, mais aussi l'Egypte voisine qui se sent menacée par cette branche des Frères Musulmans et la monarchie Saoudite qui craint d'être un jour renversée par ces intégristes à vocation "sociale" qui ne manquent aucune occasion de dénoncer la corruption de leur régime. L'incompétence des Américains en Irak, l'enlisement en Afghanistan ont définitivement conféré à Téhéran un rôle d'indispensable pivot régional (le fameux "croissant chiite"), statut conforté par l'avancement inéluctable de son programme nucléaire.
Mais le plus extraordinaire est l'appui apporté au grand jour par le Fatah à l'opération "plomb durci". Non seulement Mahmoud Abbas a été le premier à affirmer que le Hamas avait provoqué Israël, mais la police palestinienne a fait ce qu'aucune autre police dans le monde n'avait osé faire: intervenir brutalement-en Cisjordanie- pour disperser les manifestations de solidarité avec les frères bombardés de Gaza, et ce d'autant plus durement que les protestataires brandissaient des bannières vertes du Hamas.
Entre les frères ennemis palestiniens, les choses sont allées trop loin et toute réconciliation parait impossible.
De  surcroit, dès le premier jour du conflit, il est apparu que le Hezbollah n'avait pas les moyens d'ouvrir un nouveau front au Nord contre Israël pour soulager les souffrances des gazaouis. Et ce pour des raisons plus politiques que militaires. La priorité du Hezbollah est aujourd'hui de montrer qu'il obéi d'abord aux interêts nationaux du Liban avant de raisonner en "proxy" de l'Iran. Par conséquent, les reproches de Nasrallah et d'Ahmadinedjad contre les régimes arabes "complices de l'entité sioniste" restant sans effet, il était clair que Téhéran était en situation de faiblesse, et qu'il fallait en profiter.
Tout se passe donc comme si l'Egypte et l'Autorité Palestinienne avaient décidé de laisser à Israël le temps nécessaire pour écraser le Hamas à Gaza, dans le but d'y réinstaller l'autorité d'Abbas, et de réunifier les deux Palestine. C'est d'ailleurs le plan de Moubarak qui a clairement indiqué qu'il n'accepterait la réouverture de la frontière sud de Gaza qu'à condition que l'Autorité Palestinienne y revienne. Renverser le Hamas, humilier les frères musulmans et donner une leçon à l'Iran sont des raisons suffisantes pour voire émerger cet axe en apparence insolite Jerusalem-Le Caïre-Ramallah.
Reste que la validité de ce scénario n'est pas encore prouvé. D'abord parce qu'Israël (dont les dirigeants sont divisés sur l'objectif) cherche toujours un moyen d'éviter une guerre totale contre le Hamas. Jérusalem se contenterait de pouvoir dicter les conditions d'une nouvelle trève de long terme: Cessation totale des tirs de roquettes et mécanisme d'application international du cessez-le-feu.
Ensuite, parce que les capacités de resistance du Hamas dans un combat de rue avec Tsahal restent inconnues et que l'issue peut s'avérer aussi incertaine qu'en 2006 au Liban. Pour Israël, comme pour ses alliés, une demie victoire serait catastrophique car le Hamas et sa propagande en ferait certainement un triomphe.
Mais admettons que l'Autorité Palestinienne reprenne le contrôle de Gaza dans pareilles circonstances. Sa "complicité" avec Israël serait flagrante et a priori source de contestation pour Abbas. A moins que...Et ce serait de loin le meilleur scenario...A moins que, profitant de sa victoire totale et de la restauration de son partenaire et allié dans l'ensemble des territoires palestiniens, Israël ne montre immédiatement qu'une ère nouvelle commence, c'est à dire qu'il lève aussitôt le blocus de Gaza, mais aussi qu'il accélère la transmission de la sécurité en Cisjordanie au Fatah, libère massivement les prisonniers palestiniens, évacue les colonies avancées et s'implique cette fois sans arrières-pensées dans de réelles négociations sur le statut final des territoires. C'est bien le moins que pourrait espérer Abbas en remerciement de son coup de main, et qui serait seul en mesure de restaurer quelque peu son prestige. C'est ce qu'il attend désespérement et qu'Israël lui refuse depuis quatre ans...à la grande satisfaction du Hamas.

Commentaires

Tres belles explications qui montre la perversité de ce conflit, mais cela doit il justifier de s'attaquer aussi durement à un pays qui se bat avec des pierres. Dans ce conflit ce sont toujours les civils les premieres cibles. La réaction d'Israel n'est elle pas disproportionnée !??

Écrit par : Kevin | 03/01/2009

Tout à fait d'accord très belles explications.
Pour ce qui est de la réaction israelienne, il serait naïf de croire que le hamas mène une guerre de pierre, les quelques 4500 bombes lancées quotidiennement sur les civils israeliens depuis 8 ans (date du retrait de gaza) prouvent malheureusement le contrairement.
Il est en effet bien triste de voir ces civils pris dans les combats, mais que faire face à des hommes qui n'ont que pour seul courage que de se cacher dans des écoles ou des hôpitaux pour tirer leurs roquettes. De transporter leur matériel de guerre dans des ambulances ou sur des brancards.
Contrairement aux précédents conflits, il ne s'agit plus d'intifada (guerre des pierre) mais de bombardement lourd d'un pays contre son voisin qu'il ne reconnait toujours pas après 60 ans d'existence.
Ce conflit fait bien plus les affaires du Hamas en perte de popularité à gaza, qu'à n'importe qui d'autre.
La vrai question est de savoir quand tous ces fous de D... cesseront de manipuler des peuples qui ont le droit de vivre heureux et libres comme beaucoup d'autres?

Écrit par : David | 03/01/2009

J'apprécie l'analyse que vous faites et m'interroge également sur cette complicité fatah / gouvernement israelien.
On comprend qu'actuellement le seul mouvement politique palestinien désireux d'avoir une accalmie voir même une paix est celui de l'ancien dirigeant Arafat.
Le hamas est un mouvement extremiste qui prône la fin du sionisme et surtout l'anehantissement d'Israel et des juifs (cf. Hanieh).
Le but de cette guerre est bel est bien de porter atteinte à ce mouvement et rétablir une situation stable dans la region.
Les israeliens savent que les seuls palestiniens prêts à la trêve sont ceux pour un retour d'Abbas au gouvernement.

Pour Kevin: Israel est un pays democratique qui a le droit de se défendre face aux agressions kamikazes de ces voisins.
Les pierres ne sont pas disproportionnées quand on sait que les missiles Grad qui sont tirées derrieres celles-ci on dejà fait des morts coté israelien...L'armée israelienne ne vise pas les civils femmes et enfants, maheuresement le hamas sait se cacher dans la population.

Écrit par : John | 03/01/2009

voila enfin pour ce conflit une analyse qui se veut objective et qui est non passionnelle et non compassionnelle.
Il serait utile de connaitre quelles sont les réactions des responsables israeliens à cette analyse.
Sont-ils prêts à faire les concessions nécessaire au Président ABBAS de Cisjordanie pour, à la fois le crédibiliser aux yeux de la rue arabe, et pour marginaliser le Hamas ?

Écrit par : Kim | 03/01/2009

Que voilà une belle analyse, qui ne se paye pa de faux semblants et tiens compte des intérêts et de le us faites bien de souligner la partie masquée de samuel HUNTINGTON, qui au fond n'a fait qu'enfonecr qelques portes ouverts, n'est ce pas, mais avaec talent: le versany masqué du Clash of civilisations est que ferronnier est maîtr chez lui: on éviterait bien des drames si chacun s'en tenait aux siens.
Juste un mot: et si la création de cette minuscule bande de Gaza n'était qu'un subterfuge, pour ne pas dire une perversion, qui aurait obligé Arafat
à servir, par voie de conséquence, la politique de l'Etat Hébraïque par tous moyens

Écrit par : FORMACOLOR | 03/01/2009

Remarquons d'abord que ce conflit intervient à la veille de la prise de fonction du nouveau président américain: il est toujours bon de mettre l'allié dans la situation de connivence et d'en profiter pour renouveler les promesses de livraison d'armes et les soutiens financiers, conflit préparé depuis 6 mois nous dit-on.
Un conflit qui a aussi l'immense avantage de ridiculiser Mahmoud Habbas aux yeux de la population palestinienne et donc d'éliminer tout interlocuteur crédible dans d'éventuelles négociations dont l'Etat hébreu ne veut pas.
Arafat avait été proclamé indigne comme négociateur. ABBAS et le Hamas bénéficient désormais de ce même statut.
Il ne sera donc pas nécéssaire de se poser la question de la Paix, du statut de Jérusalem des territoires occupés et de l'évacuation des extrémistes religieux des colonies sauvages.
A part ça, les conditions inacceptables du Hamas consistaient en la fin du blocus alimentaire, humanitaire et économique de la bande de Gaza.
Evidemment inacceptable !

Écrit par : borneo | 03/01/2009

Formacolor
Pourriez-vous expliquer ce qui vous fait dire " et si la création de Gaza était un subterfuge pour servir la politique d'Israël" ?

Écrit par : Kim | 03/01/2009

borneo
Vous dites que les conditions du Hamas (pour reprendre la trêve) consisterait en la fin du blocus alimentaire.
Si vous lisiez ce qu'écrit le Hamas lui-même vous constateriez que ce n'est pas cela. D'ailleurs personne ne dénoncait un blocus alimentaire ou de médicaments pendant la trêve (le blocus existe tjs sur d'autres produits).
Le Hamas a dénoncé la trêve et repris les tirs de roquettes en faisant référence à sa Charte. Visiblement vous ne l'avez pas lue en entier. Si vous le faisiez, vous comprendreriez alors beaucoup mieux ce conflit.

Écrit par : Kim | 03/01/2009

Bravo je vous félicite pour ces pensées qui rivaliserai extrêmement bien avec un bon livre dramatico-psychopate!
Avant de vous avancer dans des films qui n'aurai ni queue ni tête posez-vous les bonnes questions!!les elections en israël approchent à très grand pas et Tzipi Livni aimerai vraiment que celles-ci se passent bien.
Tous ces bombardement ne servent qu'aux intérêts (douteux) des israëliens!penser que les palestiniens se font bombarder pour mieux riposter est vraiment d'une débilité accrue.
Ce qui me choque dans cet evenement et qui en choque plus d'un aujourdhui c'est de voir à quel point les israëliens peuvent oublier l'histoire...aujourd'hui comme le dit un joli drapeau de manifestation: les victimes deviennent bourreaux!
Plus de 32 enfants tués en deux jours seulement vous l'expliquer comment?empêcher l'aide humnitaire d'avancer vers les victimes vous l'expliquez comment?

A bon entendeur , salut.

Écrit par : rachel | 03/01/2009

Où est le son de votre voix, où sont vos mots intelligents, lorsqu'un enfant israélien est réduit en charpi dans un attentat ?

Écrit par : Fran | 03/01/2009

Excellente analyste, Sylvain.

Espérons que l'on se dirige vers un tel "happy end" (libération de Gaza du contrôle sadique et brutal des terroristes du Hamas, stabilité politique en Palestine et - in fine - paix dans cette région du monde), même si les risques d'échec et de déviation par rapport à ce "script" complexe restent très élevés.

Écrit par : ppmartin | 04/01/2009

Choc des civilisations ou plus exactement choc des "civilisations" religieuses ? Rappelons nous les terroristes Anglais :Longues Études,travail bien rémunérés, familles,Des gens ordinaires religieux
Vos hypothèses sont audacieuses, plausibles, Bravo

Écrit par : antimythe | 04/01/2009

@antimythe Il est effectivement important de mettre ici entre guillemets le terme civilisation. Religieux - ou pas! - Hamas est effectivement tout sauf civilisé: voir par exemple leur "prétendu vote" récent de mettre en vigueur à Gaza une version particulièrement cruelle de la "sharia law" - et de mélanger dans la foulée les concepts de "gouvernement" et de "religion" qui n'ont rien à voir.

Écrit par : ppmartin | 04/01/2009

cette article est objectif mais venons en au faite de l'histoire la vrai question sommes prêt à partager une terre ou sont t'-ils prêt à la partager. Ou sont les juifs d'afrique du nord qui partager le pain des arabes et qui etaient raisonnables ceux qi sont sont fait protéger pendant la 2 nd guerre mondiale, et qui faisait dévelloper un pays comme la dit un célèbre ministre arabe" un pays sans juifs c'est comme un homme sans temoin devant le jugement dieu.
Les juifs qui bombardent des famille sont des enfant de racistes intolérent qui ne pense qu'a la guerre on y gagnera rien à tous célà, sauf la haine de cousins lointain.

Écrit par : zazia | 04/01/2009

Pauvre Stéphane Hessel. La vieillesse est un naufrage...

Écrit par : sylvain attal | 05/01/2009

Et oui au moins un qui a subit les camps de concentration et comprend l'être humain car il a vécu le pire. la vie de l'être humain est plonger dans un bateau il vogue vers le lointain n'a aucune direction, et le fou est celui qui se perd dans l'immense océan et il n'a que sa folie pour le guider il n'est sans foi ni loi. jusqu'au jour ou il récolte ce qu'il séme.

Écrit par : zazia | 05/01/2009

Et oui au moins un qui a subit les camps de concentration et comprend l'être humain car il a vécu le pire. la vie de l'être humain est plonger dans un bateau il vogue vers le lointain n'a aucune direction, et le fou est celui qui se perd dans l'immense océan et il n'a que sa folie pour le guider il n'est sans foi ni loi. jusqu'au jour ou il récolte ce qu'il séme.

Écrit par : zazia | 05/01/2009

"C'est ainsi, par exemple, qu'en vertu de cette théorie un immigré musulman, même vivant dans une démocratie occidentale, et parvenu à une certaine aisance matérielle se sentirait toujours solidaire de la souffrance d'autres musulmans, y compris lorsque ceux-ci se battent au nom de convictions politiques étrangères"

Entre vous et les JT passant en boucle "ceux qui ne sont pas parvenus à une certaine aisance matérielle" on n'est pas gâtés ... ;-)))

Non monsieur, je me sentirai toujours solidaire de celui qui est injustement opprimé. A regarder l'évolution de la carte du moyen Orient depuis 1948, permettez moi de défendre le seul peuple réellement opprimé dans la région. On ne peut pas dire que le harcèlement des résistants palestiniens qu'il ne faut pas restreindre au seul Hamas soit une oppression pour un pays aussi prospère qu'Israel.

J'ai pour ma part déjà expliqué pourquoi j'étais fier de mes origines avec cet appel du Roi du Maroc Mohammed V en 1939 pour défendre les marocains pourchassés par le régime de vichy au seul motif qu'ils étaient de confession juive. Appel très peu répercuté par les médias en France et qui pourrait bien servir d'exemple pour tordre le cou à pas mal d'idées reçues et expliquer pourquoi il faut s'instruire de l'histoire et non pas déformer le présent à sa guise.

On peut en discuter si toutefois vous m'accordiez 5 minutes d'entretien à France 24. Je viendrais non pas contredire le schéma dans lequel vous voulez absolument enfermez "l'immigré musulman, même vivant dans une démocratie occidentale, et parvenu à une certaine aisance matérielle", mais juste donner un éclairage différent de ce que l'on peut y voir ou y écouter ...

Et je vous expliquerais pourquoi vous avez, vous, tué Edouard Said 3 fois.

Écrit par : Farid | 09/01/2009

Votre silence après mon commentaire en dit plus que votre billet ...

Bonne journée quand même Sylvain !

Écrit par : Farid | 14/01/2009

Cher Sylvain
courage dans ton analyse, elle est clairvoyante.

à bientôt
Karim (ton acheteur de Scarabéo !)

Écrit par : Karim | 19/01/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu