Avertir le modérateur

30/12/2008

Le Hamas, Amos Oz et la sécurité des citoyens d'Israël

Les blogueurs de droite se sont rués sur les déclarations de l'écrivain de gauche israélien Amos Oz. Ce dernier écrit notament dans Yédioth Aharonoth:
"Les bombardements systématiques subis par les citoyens des villes et villages d'Israël constituent un crime de guerre et un crime contre l'humanité. L'Etat d'Israël doit protéger ses citoyens. Nul n'ignore que le gouvernement israélien ne veut pas entrer dans la Bande de Gaza, et qu'il préférerait continuer cette trêve que le Hamas a violée avant de l'annuler. Mais la souffrance des civils israéliens dans la zone frontalière avec Gaza ne saurait perdurer."
Amos Oz a parfaitement raison.
Il dit aussi que le monde se contrefout du calvaire des habitants du sud d'Israël, appelle leur gouvernement à la retenue mais ne songerait pas à exercer plus de pression sur le Hamas.
Il a encore mille fois raison.
On peut même ajouter que le Hamas est une organisation de type fasciste, qui s'est emparé du pouvoir à Gaza par un putsch, n'y tolère aucune opposition et que dans ses mosquées on y répand une idéologie de haine antisémite que les nazis n'auraient pas reniée.
L'explication avancée par le Hamas pour justifier ses tirs de Qassam, et maintenant de Grad (forcer Israël à mettre un terme au blocus de Gaza) est totalement hypocrite et fantaisiste. Les tirs ont en effet commencé dès le lendemain de l'évacuation du territoire par l'armée israélienne, il y a 8 ans. Il n'y avait pas de blocus.
Aux dernières nouvelles le Hamas serait prêt à un accord de paix avec Israël sur base des frontières de 67. Cela reste à démontrer. Pour l'instant on voit surtout qu'il veut prouver aux Palestiniens qu'on ne peut rien obtenir d'Israël sinon par la force, c'est à dire qu'il cherche à ridiculiser et à humilier les Palestiniens qui, depuis Oslo, ont fait le choix courageux de la négociation et de la coexistence.
Mais malgré celà le Hamas controle la bande de Gaza et Israël doit faire avec. Il ne décide plus du destin de Gaza. c'était même tout l'interêt de l'évacuation: couper le cordon avec les Palestiniens.
Pour en revenir à notre écrivain de gauche, quand on fait une citation, il faut le lire au delà du premier paragraphe.
Or, un peu plus loin dans le même texte, Amos Oz ajoute ceci:
"le Hamas désire passionnément pousser Israël à une campagne militaire : si, au cours de cette opération israélienne, des dizaines ou des centaines de civils palestiniens – y compris des femmes et des enfants - sont tués, la radicalisation s'en trouvera renforcée à Gaza, ébranlant peut-être même, en Cisjordanie, le gouvernement d'Abou Mazen, qui laisserait alors la place aux extrémistes du Hamas(...)Pour Israël, la meilleure solution serait d'arriver à un cessez-le-feu total, en contrepartie d'un allégement du blocus imposé à la Bande de Gaza. Si le Hamas persiste dans son refus de cessez le feu et poursuit ses bombardements contre les civils israéliens, il faut redouter qu'une opération militaire ne joue le jeu du Hamas. Le calcul du Hamas est simple, cynique et scélérat : si d'innocents civils israéliens sont tués - parfait. Si de nombreux Palestiniens innocents sont tués - mieux encore. Face à cette position, Israël doit agir intelligemment, et non pas dans une explosion de fureur."
Encore une fois Amos Oz a parfaitement raison.
Et nous en sommes ce soir, selon l'UNRWA à 64 civils tués, parmi eux des enfants.
Le problème avec cette opération "Plomb durci", ce n'est pas qu'elle soit illégitime-Israël a le devoir de protéger ses citoyens-, mais plutôt qu'elle soit dictée par des considérations à courte vue, électoralistes, et que si elle est militairement réussie (ce qui est probable, le Hamas n'étant pas aussi redoutable que le Hezbollah), elle risque d'être politiquement contre-productive...et coûter un grand nombre de vies innocentes.
Dans toute guerre, il y a toujours des sacrifices pénibles.
En règle générale on en estime le prix et on  le compare avec celui de l'inaction.
Si un danger vital est encouru on est enclin à prendre davantage de risques et à exposer davantage de vies, de son côté et du côté de l'ennemi.
En trois jours de guerre 2 civils israéliens ont été tués, soit autant qu'en 8 ans de harcèlement du Hamas.
La vie des habitants de Sdérot est absolument infernale, mais le Hamas ne fait pas peser un danger vital sur Israël. En revanche les différents leaders politiques israéliens avaient peur de payer le prix fort en terme électoral le 10 fevrier en cas d'inaction.
Le Hamas n'est pas exactement le partenaire idéal qu'Israël aimerait avoir. Mais Israël n'a pas toujours bien traité ses partenaires.
Or, demain, il pourrait même y avoir pire que le Hamas à Gaza.
Aujourd'hui le Hamas pousse Israël à agir dans une direction douteuse. Le Hamas n'y gagnera peut-être pas, mais Israël non plus.
Il pourrait donc ne pas y avoir de gagnant du tout.
Zvi Harel, le très avisé commentateur de Haaretz estime lui aussi que cette guerre était parfaitement évitable, car les exigences des deux côtés sont parfaitement raisonables et acceptables:
Le Hamas se dit prêt à reconduire la trève à condition qu'Israël allège substantiellement le blocus de Gaza.
Israël réclame un calme absolu sur les localités du sud-ce qui suppose que le Hamas se fasse respecter de groupes encore plus extrémistes que lui, en échange de quoi Israël se consolera que les gazaouis vivent sous la férule des islamistes, et aura alors rempli ses devoirs vis à vis de ses citoyens.

Commentaires

2 morts en huit ans, du côté israélien ? tu te trompes malheureusement, il y en a beauoup plus, dont des enfants du côté israélien.
Et si il y a "peu" de mort du côté israélien, en comparaison des morts côté Hamas, ce n'est pas que les roquettes tuent moins, c'est qu'au sud d'Israel, un système d'alerte sophistiqué permet aux habitants de se mettre aux abris, tous les jours depus huit ans, précaution que ne prend pas le hamas pour les civils palestiniens, hélas. Cela dit, parmi les 325 morts côté palestinien, plus de 300 sont des terroristes, c'est à dire des individus armés, tirant et visant essentiellement des civils dans le but de les terroriser.
Un article intéressant dans la presse arabe sur le jeu du Hamas au profit de l'Iran, cherchant surtout à faire un coup d'état en Egypte avec les frères musulmans :
http://www.mediarabe.info/spip.php?article1607=

Écrit par : LEVY | 30/12/2008

1) Le ministre allemand des Affaires étrangères Steinmeier a déclaré " L'Allemagne ne comprend pas l'interruption unilatérale du cessez-le-feu par le Hamas avec Israël. C'est une décision irresponsable au vu de la situation de la population de Gaza. Le Hamas joue un jeu cynique avec des gens qu'il prétend avoir pris sous sa responsabilité".
"Le Hamas doit immédiatement et durablement mettre un terme aux insupportables tirs de roquettes contre Israël. Nous respectons le droit légitime d'Israël à se défendre".
2) Le ministre égyptien des Affaires Etrangères, Gheit a déclaré que son pays avait dûment averti le Hamas des dangers qu'il y avait à ne pas reconduire le cessez-le-feu et à tirer des Qassam et que le Hamas savait exactement à quoi s'attendre.
3) Le Président Shimon Peres, Prix Nobel de la Paix a déclaré : «Israël avait quitté Gaza en proposant de l’aide économique, médicale, etc.Nous ne comprenons pas les motifs du Hamas.
L’armée a attendu et attendu; les Palestiniens ont violé le cessez-le-feu,300 missiles/6 mois, ne nous laissant que le choix d’y mettre fin.Tsahal est fidèle aux principes: ne pas toucher les civils.
Nos enfants sont dans les abris; nous leur souhaitons,comme à ceux de Gaza, de respirer l’air frais. Quiconque nous demande d’arrêter s’est trompé d’adresse.Que le Hamas arrête de tirer! Le grand gagnant sera la raison, et la raison conduira à la Paix".

Écrit par : Felix Perez | 30/12/2008

@Felix Perez, "l'interruption unilatérale du cessez-le-feu par le Hamas avec Israël." ... Et le raid aérien d'Israël sur Gaza courant du mois novembre n'était ce pas une rupture de la trêve ?

A lire l'enchainnement des faits à propos justement de cette rupture de la trêve ... http://www.20minutes.fr/article/284734/Monde-Les-cles-pour-comprendre-l-offensive-israelienne-a-Gaza.php

Écrit par : Farid | 30/12/2008

Inutile de tergiverser sur ceci ou celà, le Hamas doit être anéanti, et ce serait mieux que ce soit par les palestiniens eux-mêmes.

Écrit par : Ruff | 30/12/2008

Enfin le Hamas - comme beaucoup de groupuscules terroristes - est probablement la conséquence d'une population civile qui en a raz le bol...On voit rarement de mouvements terroristes bien ancrés sans un fort sentiment d'injustice et de souffrance de la population civile. Il n'y a pas de terrorisme sans une certaine forme d'oppression.
Pour que les palestiniens cessent de soutenir le Hamas il faudrait que cette injustice disparaisse ou du moins soit en bonne voie.
Je ne suis ni pro-Israël, ni pro-Palestine - et effectivement une population est toujours en droit de se défendre - mais un article d'un blog du monde sur l'explosion de la population de colons et des constructions dans les zones palestiniennes - en dépit de tous les accords passés précédemment - laisse quand même sceptique (http://israelpalestine.blog.lemonde.fr/2008/12/16/trois-fois-plus/). Des colonies qui auraient du être démantelées s'étendent sans fin avec des questions évidentes sur les méthodes pour avoir des permis de construire et des zones constructibles.
Je vois donc mal comment on peut combattre le Hamas sans s'attaquer à ses racines : un vrai problème de partage de territoire entre Israéliens et Palestiniens. Plus les colonies grandissent en dehors du droit, plus les palestiniens se tourneront vers le Hamas.

Par ailleurs d'un point de vue tactique une guerre de bombardement sur une population civile qui partage le même territoire que le sien, ça ne semble pas être la meilleure façon de réconcilier deux populations. Chaque bombe lancée - comme le dit M. Attal - ne fait que renforcer le Hamas.

Écrit par : Sébastien | 30/12/2008

Le bombardement des populations civiles est une technique typiquement coloniale, dont les résultats sont toujours décevants au regard du prix humain et moral causé à ceux qui l'utilise aussi...

Sinon, quand on veut tuer son chien, on l'accuse de la rage. Ici, on fait semblant d'être effrayé par le Hamas et sa charte clairement anti-sioniste mais plus clairement encore inapplicable, heureusement. Et puis, on se drape dans un manichéisme qui doit rendre douloureux et complexe le visionnage d'un western de série Z.

On oublie aussi d'être un minimum objectif, à défaut de pouvoir être impartial, et cela donne un résultat pathétique: Israël n'aurait pas violé la trêve? Il aurait respecté les engagements qu'elle recouvrait autrement qu'il ne le fait avec les résolutions de l'ONU devant la fameuse "communauté internationale" qui rivalise d'indignation vertueuse?

Depuis les élections qui ont donné le Hamas vainqueur, les sanctions et les humiliations à fin d'étranglement de Gaza n'auraient pas augmenté de façon considérable? La division entre partis palestiniens n'aurait pas été fomentée pour affaiblir, corrompre et discréditer l'ennemi?

Le sionisme aurait-il abandonné son objectif de s'étendre sur l'ensemble du territoire qui était sous mandat britannique en 1948, auquel cas c'est miracle de voir ce dessein s'affirmer de plus en plus sur le terrain, avec quelques chateaux d'eau supplémentaires pour faire bonne figure?

La diabolisation de ceux qui dénoncent les méfaits multiples d'Israël en leur imputant, par l'effet d'un terrorisme "intellectuel" malgré son indigence, un antisémitisme automatique voire le négationnisme de la Shoah serait pur fantasme? Elle ne viserait pas à clouer au pilori les importuns qui nous gâchent le plaisir de jeter notre haine sur ceux à qui on dénie jusqu'au droit à la résistance?

Bon, je vais arrêter de "troller", je pourrais continuer longtemps ainsi que je ne recevrais en retour qu'imputation de débilité et de déraison au mieux, de complicité de crimes de guerre plus probablement...

Vous êtes dans le camp des plus forts, jouissez-en bien! Continuez de compter un par un les morts juifs que je déplore sincèrement autant que vous, et tombereau par tombereau, à l'empan, les cadavres de palestiniens qui l'ont si bien mérité: on dirait presque qu'une main divine guide les bombes sur les terroristes et eux seulement, les autres ne pouvant se réclamer, en guise d'épitaphe, que d'une fragile présomption d'innocence, car si ce n'est toi c'est donc ton frère, ton père, ton voisin, ou, allez savoir maintenant, toi-même dans quelques années...

Mesurez enfin combien je suis irrattrapable moi aussi.

Bien à vous en cette judicieuse période de fêtes.

Écrit par : cyclomal | 30/12/2008

Ca devient de plus en plus compliqué de lire du mal du Hamas...

Écrit par : Fran | 30/12/2008

Je ne crois pas que le "ras le bol" de la population soit à l'origine du Hamas, même si l'exaspération sociale est une explication du succès des frères musulmans, non seulement en Palestine mais dans d'autres pays comme l'Egypte. On pourrait aussi parler de la corruption endémique des élites politiques arabes.
Encore une fois, le Hamas est un danger pour Israël et aussi, en effet, un ferment de destabilisation pour l'Egypte, mais il n'y a qu'un seul moyen de s'en débarasser dès lors qu'il a pris le pouvoir (par la force) à Gaza, c'est de l'en déloger de force. Veut-on un nouveau petit Irak? Dans ce cas il s'agirait d'une réoccupation de Gaza. Avec une population qui userait de tous les moyens pour bouter l'occupant?
Dans ces conditions, il faut faire avec, et savoir qu'en dehors de la négociation, il n'y a aucun moyen sérieux de garantir la sécurité d'Israël. La force de dissuasion d'Israël (qui n'a aucune profondeur stratégique) face à des missiles n'est plus du tout la même que lorsqu'il luttait contre des infiltrations de fedayins.
@LEVY: les chiffres que je donne sont parfaitement vérifiables et ne tiennent pas compte des bléssés, ni bien sûr de l'impact psychologique. Evidement il pourrait y avoir beaucoup plus de morts sans ce système d'alerte. Heureusement qu'il est efficace, ce qui ne fait que renforcer la démonstration: Si la defense civile israélienne est particulièrement efficace (mais pas infaillible), à quoi sert une offensive aussi meurtrière, sinon à terroriser? J'emploie ce mot à dessein.
Il y a une part acceptée de terrorisme dans cette affaire, dans le sens où le gouvernement israélien pense toujours (et à tort à mon avis) que les civils palestiniens terrorisés feront pression sur leurs dirigeants pour qu'ils cessent les attques de roquettes, voire les renverseront. Tout indique que c'est le contraire qui se produit. Comme en Israël, la terreur a pour conséquence de renforcer la cohésion de la population derrière ses dirigeants.

Écrit par : sylvain.attal | 30/12/2008

Israël est victime de la désinformation.

Écrit par : Weinheber | 30/12/2008

Article complètement surréaliste quand on connait la génèse du problème , à savoir un état colonial qui se moque de toutes les résolutions onusiennes , et en face quelques territoires vivant sous occupation et "visités" par quelques 300 000 colons en ci-jordanie , hébron , et même en syrie dans le plateau du golan , sans oublier le mur qui empiète une bonne partie du territoire palestinien et qui rend impossible tout état viable.
Alors nous expliquer que israel ne fait que se défendre , là j'ai vraiment du mal à gober le truc , et si israel ne veut plus reçevoir ces quelques roquettes artisanales il n'ont qu'à mettre fin au blocus de gaza et arrêter leur "bombardements ciblés" qui n'ont jamais été interrompu depuis le départ des colons de gaza , et qui tuent au moins autant de civils que "d'activistes" comme les appellent les médias.
Cordialement.

Écrit par : laurent | 30/12/2008

Mon cher Sylvain,
D'Europe1 à France 24, nous avons longtemps, si longtemps travaillé ensemble. Je t'écris aujourd'hui d'Israel, terre d'un conflit qui ne semble jamais pouvoir de trouver de solution. Une terre ou derrière chaque pierre, chaque visage, chaque parcours se trouvent autant d'histoires et d'opinions divergentes et passionnées, qu'elles que soient le "camp" ou l'on veut vous cataloguer. Mais la singularité même d'Israêl, est que pour chacun de ses habitants, vérité d'hier, ou d'auourd'hui, ne sera pas forcement celle de demain. Et que l'opinion, souvent réagit avec ses tripes. Tu cites le texte d'Amos Oz, réputé pour être un partisan d'une paix négociée, et du droit de tous, palestiniens comme israéliens à vivre en paix, sur une terre dont ils etiment chacun être les filles et les fils...
Ta référence est o combien significative de la versatilité des opinions et de la vigueur du débat interne israélien, quand à l'ébauche d'un futur immédiat.
A l'heure ou Amoz Oz prennait la défense des citoyens du Nord d'Israel, vivant dans la terreur de roquettes dont l'effet est davantage psychologique que meurtrier, l'un de ses amis, écrivains aussi, David Grossman, lançait un appel au cessez le feu, et à verrouiller les armes.
David Grossman a perdu son fils Uri, soldat engagé dans la guerre du Liban en 2006. Une perte qui lui a fait écrire des pages bouleversantes, car Uri, faisait son devoir de soldat, tout en nourrissant des idées cotrairesà une politique belliqueuse...
Quelques jours avant sa disparition, son père et Amoz Oz appelaient ensembe à l'arret des bombardements de masse, qui dévastaient le Liban. On sait le résultat de cette campagne militaire. Un échec cuisant pour Tsahal. L'impossibilité de neutraliser les fabricants et lanceurs de roquettes.... Aujourd'hui, il semble que la même histoire se profile à l'horizon de Gaza, écrasée par les bombes, des bombes n'empechant pas les lanceurs de Kassam ou autres, de continuer leur tirs sur Israel.
Alors?
La solution est-elle militaire? A quel prix? Combien de victimes civiles vont payer la fureur guerrière des extremistes de tout bord? Et quand une nouvelle trêve sera négociée, gageons que le hamas, avec quelques bouts de ferrailles, et des artificiers de fortune reconstituera son stock de roquettes... Et ainsi la guerre pourra durer éternellement. Conforter les islamistes à Gaza, ramener peut-être l'extrême droite au pouvoir en Israel. Les champions de la haine et de la guerre à outrance auront gagné. Est-ce là, la solution?
De la guerre menée en dépit du bon sens militaire au Liban en 2006, l'état-major israélien ne semble guère avoir retenu les leçons. On ne peut venir à bout d'une organisation, fut-ce t-elle la plus "faciste" du monde pour employer un de tes termes, autrement qu'en négociant.
O ne fait la paix qu'avecson ennemi.
Et c'est de cette "paix", pour l'heure introuvable, que viendra, enfin, le répit pour les premières victimes de la guerre: Les populations civiles...
S'il est un conflit ou il est bien impossible de ranger d'un coté les "bons", de l'autre, "les mécgants", c'est celui là. Il est des faiseurs de malheurs, et des dingues de la gachettes au nom d'idéologie politiques ou religieuses partout.
N'est ce pas, faut-il le rappeler, un citoyen juif, qui assassina Ytzac Rabin? On peut imaginer ce qu'eut été l'ampleur dévastatrice de représailles si celui qui incarnait un réel espoir de paix, n'avait perdu la vie en servant cette cause. Pourtant, il avait été l'un des glorieux généraux, conquérants des guerres antérieures. C'est ce qui lui conférait la légitimité, pour négocier un accord juste basé sur un paramêtre, à la fois simple et compliqué: La terre contre la paix.
Un jour, à une manifestation, non de pacifistes, mais de partisans de la paix, je rencontrai à Tel Aviv, un vétéran de toutes les guerres remportées par Israel contre les pays arabes. Cet homme au cuir dur, à la parole forte, avait défini la seule option stratégique pour que la tranquilité regne enfin sur cette terre mreveilleuse: la paix, la paix, la paix repetait-il.
La paix est aussi un combat, qui peut demander autant de sacrifices qu'une guerre interminable, et mener les extremistes des deux camps à basculer dans la litanie des actions violentes et teroristes. Mais on ne peut s'arretter de parler, de négocier au pretexte qu'un bombe est lancée ici, qu'une rquette s'abbat là, ou vice et versa. Il faut revenir à la parole de Rabin, qui réunira Amoz Oz et David Grossman: Je me bat conte le terrorisme comme s'il n'y avait pas de négociations de paix, et je négocie et prone la paix, comme s'il n'y avait pas de terrorisme...

Frédéric Helbert,
Grand-Reporter.

Écrit par : helbert | 31/12/2008

De nombreux commentateurs, qui confondent allègrement Gaza avec la Judée-Samarie, prennent leur ignorance et leurs erreurs de raisonnement pour construire un réquisitoire idiot contre Israël, à coup de slogan ou de postulats issus de la propagande palestinienne (émanant d'un ministère de l'information, ça ne s'invente pas quand même !) Quand les journalistes accordent le même crédit à des informations provenant d'un pays libre, démocratique, où la liberté d'expression est avérée, et à des informations provenant de Gaza, région jüdenrein comme le souhaitaient les palestiniens, victimes depuis plus de deux ans d'un putsch fasciste et nazislamiste, ils perdent toute crédibilité aussi.
Gaza n'est pas occupé par Israel, la trêve a été violée par le Hamas 300 fois (j'ai bien écrit 300 : nombre de roquettes tirées par les factions terroristes du Hamas, tenant la population civile du Hamas en otage) en 6 mois, et les habitants des villes du sud d'Israel vivent depuis le désengagement (c'est à dire 3 ans et demi) ce que ceux du nord ont vécu en juillet 2006 : des journées entières dans des abris, des écoles fermées, des entreprises en faillite, des blessés, des maisons détruites, bref, la terreur, et un risque de mort permanant.
Depuis samedi, Israel frappe des objectifs militaires, de façon précise, scientifique, et détruit les batteries de missiles tournées vers Israel, au compte goutte pour éviter un "groznysation" du conflit, parce que celles ci sont installées volotairement par les assassins du hamas, au milieu de la population civile.
Quand on sait que l'Iran envoie ces armes à Gaza par les tunnels que tentent de détruire les Israéliens, pour déstabiliser aussi l'Egypte que les Frères Musulmans cherchent à renverser, on est médusés de la réaction primaire et angélique des donneurs de leçons, qui voudraient qu'Israel ménage les criminels au détriment de ses civils !
Quant à l'intervention de la personne qui se plaint qu'il y ait de plus en plus de constructions en Judée Samarie à l'initiative des "colons" (terme ô combien inapproprié permettant aux Français de se dédouaner de double culpabilité de Vichy et de la guerre d'Algérie selon le raccourci suivant : si les juifs sont capables de coloniser comme on l'a fait en Algérie, on n'a plus de compte à leur rendre de les avoir vendus aux Allemands, et en même temps, on se réconcilie avec les Arabes avec qui on a des intérêts liés autrement plus importants qu'avec les juifs) peut-être souhaite-t-elle que les femmes se fassent ligaturer les trompes, parce qu'il s'agit de l'accroissement normal d'une population qui habite là depuis 1967 !
Et ce n'est pas la Judée Samarie qui est en cause avec le Hamas, c'est Gaza, où Israël n'est plus !

Écrit par : LEVY | 31/12/2008

@ Frederic Helbert. salut! et content de te voir de retour sur le terrain.
Sur le fond, je ne dis pas autre chose que toi. Il n'y a de solution durable (assurant la tranquilité des habitants d'israël qu'avec un accord négocié. Pour celà il faut être deux et malgré tout ce qui est dit sur une éventuelle évolution du Hamas vers le principe de la reconnaissance d'Israël, je ne vois rien de tangible se profiler. Le Hamas a une stratégie d'affrontement et espère en tirer bénéfice au sein du mouvement palestinien, du monde arabe et dans l"opinion internationale, chacun ne pouvant que s'émouvoir de la disproportion des moyens militaires. C'est pourquoi il prend si peu cas de la sécurité de ses citoyens qu'il devrait protéger. Une stratégie du faible au fort en quelque sorte. Pour l'instant elle ne semble pas produire beaucoup d'effet, la communauté internationale (y compris les Etats arabes, y compris l'Iran et le Hezbollah se sont contentés d'un programme minimum de protestations et/ou de formules rhétoriques)
Cela ne doit pas empêcher Israël d'agir intelligemment, ce que demande Amos Oz. Israël peut-il anéantir le hamas? Cela me semble plus que chimérique, même si personnellement cela ne me ferait pas pleurer. Malheureusement le Hamas est une donnée du conflit à laquelle on ferait bien de s'habituer. Mais il était difficile, à quelques semaines des élections, d'expliquer à la population israélienne excédée que l'on pouvait continuer à contenir les assaults islamistes, grâce à un système d'alerte très perfectionné qui permet de limiter le nombre de victimes. A court terme israël peut porter un coup sévère au Hamas, mais à moyen et long terme ce genre d'action militaire risque de radicaliser les palestiniens et marginaliser les modérés, qu'Israël n'a pas beaucoup aidé ces dernières années.
Nous sommes dans un cercle pas forcément vertueux!

Écrit par : sylvain attal | 31/12/2008

Stéphane Hessel, dans un entretient accordé à la radio SuissInfo, datant du 5 janvier 2009, Stéphane Hessel a qualifié l'entreprise militaire de Tsahal à Gaza de "crime de guerre et crime contre l'humanité"

Ne me demandez pas pourquoi cet Ambassadeur de France, ancien résistant et déporté français, qui a notamment participé à la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948 n'est pas interrogé par les télévisions ou les radio françaises.

A lire ce que vous écrivez ici on comprend pourquoi ... Je laisse toutefois un lien pour vos lecteur vers l'entretien accordé à SuissInfo en suivant le lien. Entretien qu'il ne vous serait pas venu à l'esprit de réaliser pour France 24 ...

Vous devriez voir les citronniers un film israélien de Eran Riklis ... ça vaut tous les discours !

Écrit par : Farid | 09/01/2009

Dîtes moi, msieur Attal, vous êtes allés seulement une fois dans la bande de Gaza pour asséner avec une telle facilité vos analyses ? Vous avez une seule fois parlé avec des gens du Hamas pour les cataloguer fascistes ? Une remarque pour remettre les choses à leur place. Le blocus dîtes vous n'est qu'une excuse fantaisiste de la part du Hamas car les roquettes existaient avant. C'est juste complètement faux. Le bouclage de Gaza sous des formes et une intensité variables existe... depuis la première guerre du golf en 1991. Hé oui. Les journalistes ont la mémoire courte. Mais dès cette époque, il est devenu de plus en plus difficile pr un palestinien de Gaza de circuler librement vers la cisjordanie. D'aller étudier à bir zeit par exemple. Et des dizaines de milliers d'ouvriers palestiniens de gaza ont perdu des années de salaire de leur travail en Israel à cause du bouclage. En 2005, date du retrait israélien, la zone franche palestinienne de Karni était déjà morte du fait de la fermeture des points de passage. Alors svp, ne réduisez pas le blocus à une politique anti hamas ou anti roquettes. La réalité c'est que depuis la fin de la première intifada, Israel a tout fait pour déconnecter les deux morceaux du territoire palestinien et torpiller tout projet national en rendant la construction d'un Etat de facto impossible.

Écrit par : Ben | 10/01/2009

Au lieu de fustiger Israel qui ne fait que se défendre, ces mêmes personnes qui manifestent
pour les palestiniens devraient se pencher un peu plus sur leur propre histoire. A savoir, que la France n'a aucun droit de critiquer les méthodes d'Israel quand on sait comment l'armée Française s'est conduite, en Indochine, en Algérie et même en Afrique. La france n'a pas les mains propres. Aurait-elle oublié, qu'elle s'est faite complice pour une large part de la déportation des juifs!! et là, il ne s'agissait pas d'un million de gazaouis! mais de plus de 6 millions de Juifs. Quels sont les pays qui ont manifesté ?? qu'a fait l'Amérique, et toutes les autres puissances d'alors? Un juif à l'époque coûtait moins cher qu'un kilog de harents!!
Il serait temps, que les pays sympathisants réapprennent l'histoire. Pour qu'il se mettent une fois pour toute dans la tête que les juifs étaients là avant les musulmans.
pour conclure. Isaac et Ismael ont enterré leur père Abraham ensemble à Hébron!! NOCOMMENT

Écrit par : verdrel Sarah | 14/01/2009

Amos Oz, ce sentiment ne vous est pas étranger, n’est-ce pas ? Vous avez écrit à ce sujet bien avant l’intifada.

Oz : « J’ai toujours eu le sentiment que nous marchions sur une corde raide. Nous étions en liberté surveillée pour bonne conduite, nous souscrivions sur la banque de la memoire de l’Holocauste. Je présenterai les choses ainsi : une grande partie du monde arabe, et peut-être de l’Islam aussi, ne s’est pas remis de la terrible humiliation que les Arabes ont subie à la suite de la creation de l’Etat d’Israël en 1948. Ils ont vu cette defaite comme le point culminant de 800 ans d’humiliation ; 800 ans pendant lesquels ils n’ont jamais gagné une seule bataille contre le monde extérieur. Pas une seule victoire depuis Saladin. Et voila que maintenant cette souris, cette chose méprisable, vient et les bat ? Les Juifs les battent ? Et les battent encore et encore. Ainsi c’est clair dans le monde arabo-musulman : c’est une humiliation.

Dans le monde chrétien, cela va plus profond. Parce qu’il y a un élément profond et sinistre dans le recit chrétien. Dans le christianisme, les gens grandissent avec un récit où quelqu’un peut tuer Dieu. Et quiconque peut tuer Dieu est terriblement fort et intelligent, plus qu’humain, mais aussi mauvais. Qui peut vouloir tuer Dieu ? Uniquement quelqu’un qui est mauvais et intelligent. Des millions d’enfants chrétiens ouvrent les yeux et la première image qu’ils voient est celle d’un homme saignant sur une croix, un homme mourant supplicié sur la croix. Et quand l’enfant chrétien vient à comprendre qu’il s’agit d’une image représentant la mort de Dieu, il demande qui est le criminel. Qui a fait cela ? Cela pénètre même les gens qui sont devenus athées. Parce que même les gens qui sont passés à l’extrême-gauche et qui ne mettent jamais le pied dans une église ont reçu cette idée avec le lait maternel. Ils ne sont pas antisémites au sens banal où ils veulent tuer tous les Juifs, mais ils éprouvent un mélange de respect et de crainte. C’est comme si après avoir exonéré les Juifs de la responsabilité collective de la mort du Christ, ils devaient prouver que les Juifs méritent d’etre exonérés.

C’est ici que se trouve l’élément profond : mis a part Israël, aucun pays au monde n’existe d’une maniere conditionnelle. On dit à Israël, "Si vous vous conduisez de telle et telle manière, vous avez le droit d’exister. Sinon, vous n’avez pas le droit d’exister et tout cela n’a été qu’une grosse erreur ; vous vous conduisez mal et vous serez démantelés." Personne n’a dit cela à propos de l’Allemagne après la Seconde Guerre mondiale. Personne n’a dit que la moitié irait à la France et l’autre moitié à la Pologne, et qu’il n’y aurait plus d’Allemagne.

Mais ce qui me fait particulièrement peur c’est de voir combien d’Israéliens, dans la gauche intelligente, éclairée, pacifiste, ont intériorisé ce point de vue. Eux aussi voient Israël comme un Etat soumis à certaines conditions. Un Etat dont l’existence dépend de sa bonne conduite. Ainsi vous trouvez à Tel-Aviv des gens qui sont contre la peine de mort pour les tueurs en série, contre la peine de mort pour viol, contre la peine de mort pour les terroristes, mais qui sont partisans de la peine de mort pour un Etat qui se conduit mal. Je pense que c’est terrible. Dans une perspective morale, c’est une approche terrible. »


Ce paille, Amos Oz, vous en parlez comme si il apportait un point de vue pertinent mais c'est juste un facho de plus complètement illuminé ("de gauche", un peu comme le skin "de gauche", Le Pen est "socialiste" bien évidemment, comparons, ben oui pourquoi pas?). Non mais soyons sérieux, Amos Oz c'est un peu comme verdrel Sarah on peut dire, des paillotes cheper qu'on rien compris à la puissance de l'humanité.

Écrit par : Ganja | 17/01/2009

Réponse à GANJA/17/2009

J'invite GANJA à s'instruire sur l'histoire d'Israel...Sur l'origine des Hébreux appelés Apirous ou
Abirous sur l'origine d'Abraham et sur le vocable Hebreu ou Ivrit en langue hébraïque.
Je l'invite également à étudier l'hitoire de la Mésopotamie du sud au Nord!!

A l'époque, il n'y avait ni Juifs, seulement (des apirous ou Hébreux ) ni d'Arabes. Il y avait des tribus idolâtres. Le Monothéïsme c'est encore autre chose c'est le socle sur lesquels reposent
le Particularisme et l'Universalisme deux notions nées dans le désert et qui sont le fondement même de l'Identité Juive. N'en déplaise à certains Mais le Judaïsme est la mère du Catholisisme et de l'Islam. Dans la torah il est ordonné de respecter ses parents...PAS DE LES AIMER!!

A défaut d'aimer la religion première, respectez là. Car c'est avec le Monothéïsme que la morale judéo-chrétienne est advenue. DONC LA CONSCIENCE DE L'HUMANITE§

Écrit par : Sarah Verdrel | 06/02/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu