Avertir le modérateur

05/12/2008

Un ministère de la relance? Courtelinesque

Incorrigibles français. Sacré Sarko. On sait que chez nous, face à un problème on crée une taxe...désormais, lorsque ce n'est pas assez, face à un grave problème, on crée un ministère.
La crise est là. la récession est annoncée en 2009. Avec elle, hélas, une inévitable montée du chômage annoncée déjà par les fermetures partielles dans l'industrie, parfois dès le 15 décembre pour plusieurs semaines. C'est d'accord, l'Etat doit absolument se substituer au marché déprimé et jouer son rôle d'acheteur, d'investisseur, de prêteur en dernier recours. Relance keynesienne. Tant pis pour le déficit qui va se creuser, et aussi pour la dette. La crise est mondiale, Bruxelles a mis entre parenthèse l'application des critères de convergence, ses objections face aux distorsions de concurrence que vont générer ces soutiens étatiques à des secteurs en déclin. Tout cela vaut, à conditions que ces dépenses de relance soient strictement limitées dans le temps et que l'on indique dès maintenant comment l'on entend assainir rapidement les finances publiques et désendetter l'Etat, lorsque la reprise sera là. Aux Etats-Unis, pays qui a une aversion traditionnelle pour la dépense publique, Obama a indiqué qu'à côté des plans de sauvetage et de relance, on ferait la chasse au gaspi. En France, on ne dit rien. Au contraire, histoire de faciliter la reprise en main de l'ump voulue par Sarkozy, on crée...un ministère, une administration supplémentaire avec force chauffeurs, secretaires, conseillers techniques etc...avec ses dépenses courantes et extraordinaires...Et tout celà pour...coordonner les dépenses liées à la relance. Du Courteline.
Pensiez-vous que le Premier ministre, dont on se demande chaque jour un peu plus à quoi il sert, pouvait parfaitement faire l'affaire? L'Elysée n'est pas de cet avis qui s'empresse de servir ce marroquin sur un plateau à Patrick Devedjian, sans attendre le remaniement annoncé pour début 2009.
Et vous voulez que l'on croit à la "rupture"?

Commentaires

Cher Sylvain ATTAL , fort de votre lucide révolte , que n'étiez -vous auprès de Médiapart , lors de l" Appel de la Colline" ! Comme les politiques , vous donnez tous l'impression du "cavalier seul ".... Et comme c'est dommage.

Écrit par : capucine 22 | 06/12/2008

Mitterrand avait crée le ministère du temps libre en 1981. Il y avait autrefois le minstère des Travaux finis. Ubu vit toujours.

Écrit par : Gilles | 06/12/2008

en france, tous les moyens sont bons pour soit disant réduire les dettes, en prenant dans la poche des uns pour remplir les poches des autres, a l'appui de mes dires, sous prétexte du grenelle de l'environnement et du coût du tri des ordures ménagéres, ma taxe va passer en 2009 à 175,oo euro plus les 5,50 euro facturés à la mairie par habitant, ( taxe qui n'existait pas jusqu'à ce jour) au lieu de 61 euro soit une augmentation de 300% et lors d'une réunion publique le président du smirtom, m'a répondu que l'argent ainsi collecté n'irait pas dans les caisses du smirtom? MAIS DANS CELLE du ministère de l'environnement, mais j'ai un peu de mal à y croire, j'ai demandé à voir les bilans, car je suis suppléante dans ce syndicat ( au titre de la communauté des communes et de la mairie dont je dépends) mais je n'ai jamais reçu de convocation pour quelques réunions que ce soient, donc .......... je subodore !!!!!!!! affaire à suivre

Écrit par : mougin | 07/12/2008

Enfin le nomination de Devedjian en dit également long sur l'intérêt réel du ministère. On lit depuis plusieurs semaines dans la presse que NS n'est pas satisfait de son travaille à la tête de l'UMP. Or comment le dégager sans le désavouer et sans désavoué un(e) autre ministre en lui refilant son portefeuille?
La création apparait comme une bonne solution, le libellé du nouveau ministère étant la seule qui pouvait passer en ces périodes de réduction du coût de l'état...

On croit d'autant moins à la rupture qu'encore une fois les magouilles et les bons arrangements entre amis prévalent...
En plus ce qui fait bien rigoler c'est que comme le disait Natacha Valla, économiste pour Goldman Sachs et interviewée sur lemonde.fr, le plus gros risque du plan de relance Français est qu'il arrive trop tard.

La relative lenteur des administrations Françaises fait qu'il est probable que le plan n'arrive à pleine puissance que lorsque la croissance sera sur le retour, ce qui - conformément aux théories de Keynes - va aboutir à une augmentation "des fluctuations des marchés" et donc à l'inverse de l'objectif visé.

Pour que la relance fonctionne il faut qu'elle soit contra cyclique, c'est à dire immédiate! Or avec encore un nouveau ministère à créer et à organiser ça semble assez hypothétique...

Écrit par : Sébastien | 08/12/2008

Je pense que dans ce cas la direction du travail doit etre bien examinee. Mais ce qui est bien evident c'est que le controle du gouvernement, de l'etat doit etre plus actif. Et peut-etre c'est vraiment une de bonnes decisions, je parle de la creation du ministere.

Écrit par : Louis - Rolex Copy | 23/02/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu