Avertir le modérateur

24/02/2008

Sarkozy au salon de l'agriculture: une victoire du net sur la télé

Dans les heures et les jours qui viennent tout le monde va, si ce n'est déjà fait, donner son avis sur l'écart de langage de Nicolas Sarkozy au salon de l'agriculture. Pour ceux qui n'ont pas vu et entendu le Président traiter de "pauvre con" un visiteur qui refuse de lui serrer la main, la video se trouve sur le site du Parisien.fr. Elle a surtout été reprise par tous les grands journaux (Dès hier soir par France 3 et ce soir par France 2 et même (et oui!) par TF1. Claire Chazal-un peu pincée tout de même-a quand même fait le boulot. J'ai voulu en effet vérifier mon intuition, le sujet figurait bien dans les journaux, même si ce n'était pas l'ouverture ni sur la une si sur la 2, chose à mo avis hautement contestable. Il ne faut pas trp en demander! Demain ce sera l'ouverture des radios. Et  bien sûr le sujet de conversation numero un au bistro, à l'usine ou au bureau.
Néanmoins, la question n'est pas de savoir-comme je le lis ici ou là- comment les hommes politiques, les stars ou les "pipoles" vont s'y prendre désormais pour contrôler ou essayer de bloquer la diffusion de telles séquences aussi dévastatrices pour leur image. Pour la simple raison que c'est devenu absolument impossible tant il y a d'émetteurs , qu'il s'agisse de blogueurs indépendants ou maintenant de sites de la presse traditionnelle comme celui du Parisien. Ce soir, à 20 Heures, la vidéo avait été déjà vue par plus de 700000 internautes sur le seul site du parisien, sans compter l'effet boule de neige. Il y a quelques années, si ces images avaient été enregistrées par une équipe d'une télévision nationale, le pouvoir politique aurait pu exercer des pressions pour qu'elles soient coupées au montage, ou au moins rapidement retirées de la diffusion. Ce type de censure ou d'autocensure n'est heureusement plus possible, grâce à internet. Non, M. Raffarin, il ne s'agit pas d'images "volées" comme vous l'avez affirmé sur Europe 1! Comment pouvez-vous employer ce terme s'agissant d'un échange enregistré dans un lieu public? En ajoutant que vous regrettez que la presse s'intéresse trop à la vie privée des hommes politique. Alors la visite présidentielle au salon de l'agriculture cela relève donc aussi de la vie privée de Sarkozy?
Pour faire allusion à une autre affaire de vidéo, abordée ici même récemment, j'ajouterai que ce qui est important ce n'est pas le nombre de video mises sur le net, mais leur valeur informative. Et dans ce cas présent, pas de doute que c'est "de la bombe"! Nicolas Sarkozy est à nouveau pris en défaut de sang froid.  Il n'est pas piégé, il sait qu'il est filmé et pourtant, comme avec les pêcheurs du Guilvinec, ça sort quand même. Il a décidement un énorme problème de self contrôle. Qui osera lui dire que même s'il est normal d'avoir envie de répondre de la sorte à quelqu'un qui refuse votre main et vous dit "tu me salis", un Président de la République, qui dispose de tous les moyens coercitifs de l'Etat, ne peut tout simplement pas se permettre de s'adresser de la sorte à un Français. Sur le sujet du langage aussi il se doit d'être exemplaire s'il veut pouvoir en remontrer à "la racaille". Plus il s'exprimera de cette façon et moins il sera respecté de ses opposants ou détracteurs, dont les rangs ne feront que grossir. Car on est là au coeur de ce que les Français lui reprochent: Comme le montre la popularité de Fillon qui a cessé de faire pitié, ce n'est pas la politique qu'il mène qui est en cause. Ils l'ont élu en connaissance de cause. Il s'agit de la manière dont il incarne la fonction, le rôle dans lequel l'ont mis les Français, ou du moins l'idée qu'ils s'en font généralement. A la réunion de 8H30 demain à l'Elysée, on serait bien inspiré de lui conseiller de s'excuser.

Commentaires

Bonsoir,

Vous savez trés bien que notre bon Président n'est pas du genre à s'excuser, il va nous donner du "j'assume", de "c'est la rupture" ou encore "la modernité".
Alexandre sulzer sur son blog restitue un extrait du discour tenu par le Président devant les policiers et les gendarmes en novembre 2007, c'est édifiant.
nous sommes encore parti pour une semaine de polémique improductive et qui occultera les sujets de fonds.
Encore 3ans et 9 mois de cette mascarade...

Écrit par : othello | 25/02/2008

Il a eu raison c'est le président mais avant tous c'est un homme,
Si il ne voulais pas serre la main au Président pourquoi été t'il prés de lui c'est de la provocation
il la remis à sa place il à trés bien fait.
Y en n'a marre de faire des polémiques à chaque fois que le président répond aux insultes il à bien le droit de ce défendre, il faut arrété c'est n'importe quoi

Écrit par : angelique | 25/02/2008

Malgré le net, les médias dominants ont quand même réussi à faire admettre une fausse transcription écrite de la vidéo qui pose Sarkozy en victime. Les défenseurs de Sarkozy s'appuyent d'ailleurs sur cette fausse citation. En effet, Le Monde, Libération etc. ont diffusé une transcription résumant l'ensemble du dialogue à 2 prises de parole où le "Tu me salis" du passant précède la réaction du président. La vidéo dément cette transcription largement diffusée : "Tu me salis" vient APRès le premier "Casse-toi !" de Sarkozy. C'est clairement Sarkozy qui agresse en premier. Le seul argument de ceux qui approuvent le président (Fillon par exemple, parlant d'une réaction vive d'un président insulté) tombe donc totalement à plat quand on dénonce cette manipulation médiatique. Mais malgré le net, l'info ne passe pas.

Ceci étant souligné, puisque Sarkozy n’était pas insulté, à quoi réagissait-il ? Il réagissait en fait à la mise en péril de son scénario médiatique - le bain de foule souriant - par une réalité discordante (et oui tout le monde ne rêve pas d’être "touché" par le président!). Ne supportant pas ce peuple réel non scénarisé, il lui adresse ce "Casse-toi"... de ma com’ ! Voilà à mes yeux la signification politique de cette altercation, omise lorsque l’on ne regrette que les écarts de langage.

Merci pour votre article.

Écrit par : manip ordinaire | 26/02/2008

Je souhaite qu'après les municipales la tension tombe, si les élections municipales sont très mauvaises pour son camp N.S. se rendra compte qu'il fait fausse route et peut -être rapartirons nous dans une bonne direction. Notre pays a besoin de consensus et non pas de polémique journalière. Si cela devait perdurer pendant 4 ans notre pays tomberait irrémédiablement et personne ne pourrait rien pour nous. Nous avons tous besoin les uns des autres, nous avons besoin de lui et lui de nous car il ne pourra pas gouverner contre nous mais avec nous. Nous sommes tous capables de faire des efforts mais il faut qu'ils soient bien répartis et qu'un signal fort nous vienne du haut. Je veux croire qu'il n'est pas trop tard.

Écrit par : isabelle | 01/03/2008

Je souhaite qu'après les municipales la tension tombe, si les élections municipales sont très mauvaises pour son camp N.S. se rendra compte qu'il fait fausse route et peut -être rapartirons nous dans une bonne direction. Notre pays a besoin de consensus et non pas de polémique journalière. Si cela devait perdurer pendant 4 ans notre pays tomberait irrémédiablement et personne ne pourrait rien pour nous. Nous avons tous besoin les uns des autres, nous avons besoin de lui et lui de nous car il ne pourra pas gouverner contre nous mais avec nous. Nous sommes tous capables de faire des efforts mais il faut qu'ils soient bien répartis et qu'un signal fort nous vienne du haut. Je veux croire qu'il n'est pas trop tard.

Écrit par : isabelle | 01/03/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu