Avertir le modérateur

26/04/2007

Aperçu, à travers mes amis de 30 ans, de ce qui pourrait se passer le 6 mai.

Avalanche de mails sur ma messagerie ces dernières heures. Vif débat entre mes amis de trente ans (ou presque). Pas encore Ségolâtres ni Sarkomaniaques, mais leur choix est fait et m'aide à comprendre ce qui se passe en France, à partir de ce petit échantillon. Au fond, ils ne sont convaincus, mes amis, ni par la compétence de Royal, ni pas la sérénité de Sarkozy. Ils ont des craintes sur leur présidentialité, mais les refoulent. Ils se ressemblent par leur niveau d'étude, de vie, leurs goûts culturels, enfin évidement il y a des différences, mais nous faisons partie du même monde, la classe moyenne supérieure. Beaucoup d'entre eux ont longtemps voté pour la gauche, certains le regrettent aujourd'hui tout en gardant au fond d'eux-mêmes le rêve de pouvoir un jour voter à nouveau pour un(e) candidat(e) de gauche moderne. Mais pour l'instant ce sera Sarkozy. Pourquoi? Parce que, en gros, ils font partie d'une France qui travaille beaucoup, exposée à la concurrence. Ils n'ont pas toujours le sentiment que leurs efforts sont récompensés à leur juste mesure, tandis qu'une partie de plus en plus importante de leurs revenus est ponctionnée, non pas pour alléger la souffrance des plus faibles, ce qu'ils pourraient accepter, mais pour maintenir dans l'assistance une partie de plus en plus grande du pays que l'on a renoncé à faire revenir dans l'activité (jeunes, seniors, chomeurs en reconversion etc...) Ceux-là sont des démocrates, sensibles aux alarmes tirées, comme l'a dit hier Bayrou, sur "le goût de l'intimidation" de Sarkozy, ses pressions sur les juges, les syndicats, tous ceux qui se mettent en travers de sa route. Mais, "l'économie stupide", pour eux il est plus important de remettre la France au travail, de faire preuve d'autorité contre la délinquance, de recadrer un certain nombre de "fondamentaux" d'une vie en société, au lieu de se laisser aller à son déclin. Ajoutés aux électeurs de droite convaincus, ils vont sans doute donner une confortable majorité à Sarkozy. En face, qui voteront pour Ségolène, on a soit des salariés un  peu moins aisés pour lesquels la ponction fiscale est moins perceptible sur leur train de vie, soit des gens moins exposés à la concurrence, plus "bobos" ou plus "ludiques", dont la situation materielle est mieux assise et qui ne craignent pas les lendemains. Pour ceux-là, les considérations sur l'usage démocratique, sur le vivre ensemble, le souhait d'un style de leadership plus cool, plus maternel, peut s'exprimer davantage. Les arguments sur le poids excessif de l'Etat ont moins de prise sur eux parce qu'ils sont moins touchés ou se sentent moins concernés par le déclin français.
C'est évidement à la frontière de ces deux profils, frontière assez floue forcément, que va se jouer le deuxième tour, mais je crois que la dramatisation ou la diabolisation de Sarkozy ne déplacera pas les lignes de cette classe moyenne qui s'est au moins temporairement détournée de la gauche.
Ce qui est sûr c'est que mes amis resteront mes amis...

Commentaires

Bizarre...

Le moteur que vous décrivez pour le vote à droite est celui exposé par tous ses prétendants : la peur.
Peur de la trop rude concurrence, on va vous aider à les mater ces concurrents...
Peur du chômage ? Nous on va vous garantir votre emploi en les matant, ces salauds de concurrents (voir ci-dessus).
Peur de la maladie ? Bah oui ça vous empêcherait de travailler, alors faites attention à pas vous-y péter un bras, pas comme ces bons à rien d'assistés...
Peur de l'Autre ? Allez, chargez les charters... pas besoin de vous ici. Quoi ? Doctorat de ? M'en fous, le médecin c'est cher, pis la CMU faut pas qu'on en profite trop...
Peur des jeunes ? J'ai pas pu profiter de ma jeunesse, ou ne l'ai pas vue passer, pas de raison à ce qu'ils en profitent ces petits idiots.

Je caricature drôlement, vous en conviendrez, mais je suis forcé de constater que, par moments, je suis en dessous de la réalité.

Je suis jeune, étudiant dans une filière dont on dit qu'elle ne sert à rien (eh si, à apprendre des choses qui m'intéressent et qui ne peuvent s'apprendre nulle part ailleurs), ayant un emploi à temps partiel pour me payer ces études, très malade (ALD depuis 7ans maintenant) mais d'une maladie inconnue (à la Cotorep, quand ils ne connaissent pas et ne comprennent pas, ils n'aident pas...)et pourtant je ne crains pas les lendemains.

Dites, vos amis, après quoi courent-ils si ardemment et les yeux fermés pour avoir tant peur de trébucher en route ? Je doute que ce soie la vie... sinon je les plains.

Bien à vous...

Écrit par : Vince | 29/04/2007

le monde des convictions n est pas bipolaire, j en atteste certains a gauche trés complaisant avec un discours trés proche des altiers mondialiste et de la gauche de la gauche en matiere de politique étrangere.
certains se retrouvent a defendre des valeurs proche d un pole ou nous retrouverions chavez les iraniens et les chinois dans un monde qui ne leurs procurent pas de probleme de conscience. quelques intellectuels se sont aperçu de l erreure magistral de la représentation de la candidate représentant le ps .
De meme a droite ou la sacralisation de thématiques comme l 'identité national et la liberté de travail relevent de la meconnaissance économique ,social et culturel, du beau pays exotique qu est le notre.

Écrit par : samuel | 30/04/2007

BLA BLA BLA on m'a pollué le micro en m'envoyant 276 e-mails pour le blog de 20 minutes ça suffit

Écrit par : reuter11 | 01/05/2007

BLA BLA BLA on m'a pollué le micro en m'envoyant 276 e-mails pour le blog de 20 minutes ça suffit

Écrit par : reuter11 | 01/05/2007

C’est tellement bien dit, que je n’ai rien à ajouter sur une aussi juste analyse. Dommage que nous ne puissions pas couper les candidats en deux. Mais si nous le faisions, cela donnerait du Bayrou. De quoi se mordre la queue .NON ?

Écrit par : mmu | 02/05/2007

Pour faire son choix -- pour réfléchir

de quoi voulez vous:

d'un chef qui vous explique ce que l'on doit faire, ce qu'il va faire et le fait

ou

d'un manager qui vous associe à des projets, délégue, fixe des caps et vous fait confiance une fois défini en commun les objectifs et les moyens

pour moi le premier représente le vrai assistanat .. et celui là je sais qui c'est.
Nicolas ..

A autre chose et dernier point pour les jeunes:

Un président(e) doit aussi je pense assumer l'histoire de son pays dans sa totalité, tant mauvaise que bonne. Car cette histoire c'est la notre. Tant Vichy, la colonisation, que la révolution française, clovis et mai 68.

Faire le tri n'est pas digne d'un chef d'etat.

La france presidente !

Malheureusement les français vont préferer un petit chef.
Heureusement que je ne dirige pas ma boite comme cela

Prevalli, chef d'entreprise, 36 ans, 17 salariés.

Écrit par : prevalli | 03/05/2007

Tu as très bien décrit les tendances de ce groupe d'amis que je connais bien...
Je les ai reconnus. Je ne sais pas s'ils sont représentatifs du peuple français puisque si j'en crois ce qu'ils en disent, je les sens quand même plus à gauche qu'à droite dans leur discours (les "bobos", les "ludiques" ou, tu aurais pu ajouter, les "tellement riches qu'ils peuvent partager un peu plus sans en ressentir les effets")...
Les discussions prochaines seront animées ! Surtout si NS se plante....

Écrit par : Flo | 08/05/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu