Avertir le modérateur

24/04/2007

Le culot d'Eric Besson, futur animateur de "l'aile gauche du sarkozysme"

Eric Besson au premier rang du meeting de Sarko. Là, il y va quand même un peu fort, celui qui il y a quelques semaines rédigeait encore pour le compte du PS un stupide brulot anti-sarkozyste qui dénonçait un "néo conservateur à passeport français". Bon, il a fait amende honorable, mais tout de même ce Canossa ressemble furieusement à une demande de maroquin ministeriel.
Je ne retire rien à ce que j'ai écrit ici au sujet de son bouquin. Je ne remets pas en cause non plus son honnêteté. Mais cet excès d'opportunisme, cet absence de retenue qui confine à l' indécence nuit à la sincérité du propos initial,  une demande de modernisation du PS. Même accompagnée d'un appel à sanctionner Royal, je pouvais encore comprendre l'impatience du militant. Là, il me semble que la ligne rouge est franchie. Dommage.

Commentaires

Je pense simplement qu'il a compris que le parti socialiste utilise des méthodes primaires et malhonnêtes contre le candidat adverse, ceci s'expliquant par la présence d'une candidate malhabile et d'une inadéquation forte de cette gauche caviar avec la réalité du peuple: pas de programme, beaucoup d'improvisation et la volonté d'utiliser la technique de diabolisation pour éviter un camouflet dans un débat sans coups bas.

Il n'y a pas de ligne rouge de franchie selon moi, c'est tout à fait de bonne guerre et c'est bien amené, il suffisait de voir l'extreme retenue d'Eric Besson qui semble vous avoir échappée. C'est dommage de ne pas étayer ce billet avec un lien vers la vidéo pour que chacun se fasse une opinion...

Écrit par : Eric | 24/04/2007

"Excès d'opportunisme" selon vous, pourquoi pas tout simplement une crainte sincère, et peut-être fondée si l'on en croit d'autres témoignages, de voir madame Royal arriver au pouvoir? Parce qu'il n'y a pas qu'Eric Besson qui mette sérieusement en doute les capacités de cette dernière à assumer la fonction présidentielle. Même dans son camp certains parlent de lacunes préoccupantes. Je rappelle que l'élection présidentielle n'est pas un concours de beauté mais engage un pays tout entier pour cinq ans.

En revanche, je pense que la ligne rouge a été franchie à l'automne 2006 par le clan Royal qui, constatant l'incurie de la candidate PS, a délibérément choisi de diaboliser monsieur Sarkozy à défaut de l'affronter par le débat. C'est très grave, d'autant que le témoignage de monsieur Besson n'est, là encore, pas isolé. Car, nul ne saurait désormais nier que la campagne anti-Sarkozy a franchement dépassé les limites, et ce n'est pas fini, comment peut-on déverser de tels tombereaux d'insultes sur un homme et s'affirmer ensuite comme les garants de la démocratie? Il y a là une antinomie qui confine au fanatisme et qui n'est pas sans rappeler des épisodes bien sombres de notre histoire, à croire que les leçons du passé n'ont pas été retenues. Ainsi, oser accuser le candidat UMP de dérives fascisantes quand on sait que des personnalités emblématiques comme Simone Veil ou Arnaud Klarsfeld lui ont apporté leur soutien relève, dans le meilleur des cas, d'une ignorance crasse, dans le pire, d'une malhonnêteté patentée.

Je comprends mieux, de fait, les craintes, et les choix logiques qui en découlent, d'un Eric Besson, il n'est heureusement pas le seul. Point d'opportunisme à mes yeux, plutôt une volonté farouche de dénoncer ce qui apparaît de plus en plus comme une gigantesque imposture. Sans être un Sarkozyste convaincu, la raison l'emportera néanmoins, je pense qu'on ne joue pas une élection présidentielle sur une telle stratégie et des procédés indignes qui dégradent plus sûrement la démocratie qu'un pseudo risque de nouvelle "peste brune".

Écrit par : Julien Lorcel | 24/04/2007

Eric Besson - JUDA

Écrit par : ROUX | 24/04/2007

Vous ne m'avez pas lu ou pas compris. J'ai dis ce que je pensais de la diabolisation de Sarkozy. Même si on a le droit de se poser des questions, cela est tout a fait deplacé. Mais quand on a été celui qui s'est prêté à ce petit jeu, que l'on fasse son autocritique dans un livre, très bien. Que l'on alerte sur le danger que represente à son avis Royal, toujours très bien, encore qu'il ne faut pas tomber d'une diabolisation l'autre...
Mais là, il donne l'impression d'utiliser tout cela afin de préparer la suite de sa carrière. Cela manque singulièrement d'élégance. Je persiste et je signe.

Écrit par : Sylvain | 24/04/2007

Pourquoi stupide brûlot ? C'est fou tout de même ces jugements. Bien sûr, c'est gênant pour la gauche ...Mais pour une fois que quelqu'un a le courage d'être honnête jusqu'au bout, de claquer la porte à des gens avec qui il n'est plus d'accord, qu'il n'apprécie pas leur façon d'agir avec lui, et qu'il rejoigne Mr.SARKOZY, parce qu'en fait il peut être écouter et apporter quelque chose au débat, qui êtes-vous pour juger?
C'est drôle, mais il n'est pas le seul à gauche à avoir dit aurevoir , cela devrait vous interpeller quand même?
Et, vous, connaissez Mme ROYAL, savez vous comment elle se conduit avec ses collègues et amis?
Savez vous si son seul but n'est pas d'arriver à être Présidente en s'asseyant de temps en temps, s'il le faut, sur des idées pas si bien ancrées que cela, et en ouvrant les bras à tout le monde.
Je crois que les français ne s'arrêront pas à cela. Ils regarderont le programme et quelle société on nous propose, et ils auront bien raison, l'enjeu, c'est cela et rien d'autre!

Écrit par : nicole boulanger | 24/04/2007

Pour moi Besson n'est qu'un opportuniste qui ne pense qu'a faire carriere, un traitre à la gauche et qui ne mérite certainement plus d'être député ps ,qu'il prenne sa carte à l'ump et bon débarras.

Écrit par : HERMAND | 24/04/2007

Tout à fait d ' accord avec S.Attal ;
nous ne sommes pas sur le terrain de valeurs mais d' un opportunisme de carrière malheureusement .E.Besson doit se sentir très très mal au fond , j'éspère .

Écrit par : AMLF | 24/04/2007

J'ai compris votre point de vue, le respecte mais ne le partage pas. Je suis convaincu, peut-être que je me trompe, qu'il n'y a pas chez Besson d'arrières pensées carriéristes. En revanche, sans tomber dans une diabolisation à revers, il est pour moi impardonnable d'avoir joué la présidentielle sur la stratégie du lynchage par peur d'un débat qui aurait révélé les carences rédhibitoires de la candidate du PS. En cela, je continue de penser que l'action d'Eric Besson est légitime.

Écrit par : Julien Lorcel | 24/04/2007

Je ne savais pas que sarko devenait maoîste et demandait a ses nouvelles recrues de faire des autocritiques sur une place puplique.
Besson est pitoyable.. ce n'est qu'une anguillle qui se dirige aux grés des courants à la recherche du pouvoir. Il n'a fait que retourner sa veste.
Deplus cet homme doit être un tantinet skisophréne pour aller critiquer le programe qu'il à lui même participer a faire..

Écrit par : mathieu | 24/04/2007

Le mot de traitrise va trés bien à cette situation ..
mais il est vrais que ça ne peut géner sarko ..
étant un familier de ce genre de comportement...

Écrit par : mathieu | 24/04/2007

ERIC BESSON DOIT PENSER A SE PRESENTER A LA PROCHAINE ELECTION PRESIDENTIELLE COMME REPRESENTANT DU FRONT NATIONAL. MON COEUR ME DIT QU'IL A DEJA ENTAME LES CONTACTS POUR ASSURER LE RELEVE DE J M LE PEN . PARAIT T'IL LE PEN CHERCHE UN VERITABLE HOMME POUR SA SUCCSION.

Écrit par : AHMED SOUISSI | 24/04/2007

Je suis d'accord avec ce qu'a dit Sylvain Attal.
Et je rajouterais que déjà des politiciens comme Santini et autres personnalités au départ du centre m'ont proprement dégoûté en ralliant la droite de Sarkozy, mais alors qu' Eric Besson se fasse, sinon l'ami de Sarkozy, au moins un de ses soutiens forts pour le second tour je trouve cela pitoyable... Je n'y vois que de l'opportunisme et une soif de pouvoir très malsaine. Quand on soutient un projet (socialiste ici, celui du PS) on peut avoir des divergences avec la ligne directrice de son parti mais de là à passer d' une profonde conviction de gauche à une profonde conviction "Sarkozyste", j'appelle ça de la "prostitution politique" ! De plus, poser cet acte à l'aube de l'élection du(de la) futur(e) président(e) où Sarkozy est en tête dans les sondages avec une avance non négligeable me paraît encore plus révélateur de la motivation de monsieur Besson...
Je suis quelqu'un qui croit sincèrement en l'apport indispensable de la politique pour l'amélioration de notre société mais avec des politiciens comme monsieur Besson, cette politique me déçoit profondément.

Écrit par : MARTIN Benjamin | 24/04/2007

quelle triste fin pour eric besson qu'il quitte le ps on peut le comprendre qu'il devienne le soutien de sarkozy en publiant pour 13 euros un livre qui n'intéresse personne cela s'appelle comment?
que doivent penser ses anciens électeurs de cette trahison .?

Écrit par : sivieude adrien | 25/04/2007

Il avait ce soit à la tribune la tête de l'emploi. De ceux qui vendent eurs amis de la veille, les dénoncent. Ceux qui les accueillent sont pires que les traîtres. A vomir.

Écrit par : ipatia | 25/04/2007

Je ne sais pas encore si je vais voter blanc au second tour. J'ai voté Bayrou au premier tour, je suis centriste. En tout cas, je ne voterai pas pour Nicolas Sarkozy dont le programme est ultra-libéral et très sécuritaire et quelque part dangereux au risque de pénaliser une partie des classes moyennes et aussi les plus faibles entre autres.

Je pourrai éventuellement Ségo malgré certains défauts mais quand je vois qu'elle se fait "draguer" par l'extrême gauche qui appelle à voter pour elle, ça me donne envie de voter blanc à moins qu'elle négocie clairement avec Bayrou.

En tout cas, voter blanc pour un électeur de Bayrou n'a rien de honteux!! Au contraire! Voter blanc pour moi, voudra dire que je vote aussi contre deux candidats, l'une qui semble-t-il veut rétablir une politique socialo-communiste où l'on se fait insulter par certains pauvres haineux que l'on aide et où l'assistanat devient une survie infinissable et l'autre candidat de droite avec une politique libérale à axée sur la répression sécuritaire envers les plus faibles et fragiles et donner du crédit aux extrémistes politiques et religieux.

Qu'importe, de toute manière, je voterai aux législatives toujours pour l'UDF qui j'espère aura fait des accord avec une partie du PS. Car le centrisme représente 19%. Et les électeurs de bonne volonté qui plaident pour une social-démocratie réformatrice basée sur le vivre-ensemble, sur le travail en faveur des rmistes et autres allocataires de l'AAH, un changement des administrations de l'ANPE, de l'AGEFIPH qui ne répondent pas tellement aux vrais problèmes, un changement profon des institutions, la 6ème république. Là-dessus je ferai plus confiance à Ségolène mais je ne peux pas le dire trop vite.

Écrit par : Aurélien | 25/04/2007

Etonnant, comment la sincérité peut voguer à travers les contradictions. Quand Nicolas Sarkozy reprend à son compte certains idées fondamentales du Front National (et ce n'est pas diaboliser que de dénoncer cela), deux possibilités: soit il est sincère dans ses propos, et donc il ment quand il dit son attachement à la République une et indivisible. Soit, comme l'ont expliqué ses soutiens, il ment (pour contenir le Front national), car il est un républicain sincère. Dans les deux cas, il est à la fois sincère et menteur, ce qui, étrangement, ne paraît déranger personne.
Dans le cas Besson, le paradoxe se décline non dans la synchronie, mais dans le diachronie: soit il mentait quand il a dénoncé avec virulence (et déjà bien avant que la candidature de Ségolène Royal ne soit envisagée) Nicolas Sarkozy. Soit il ment aujourd'hui, quand il dénonce Royal et se dénonce lui-même.

On peut se demander à propos de ces deux hommes à quels moments ils mentent, et à quels moment ils disent la vérité. Une chose est certaine: le mensonge fait, pour eux, partie de la posture politique. Leur alliance est logique.

Écrit par : Christine | 25/04/2007

Est ce vrai qu'avant le premier tour, M. Besson a téléphoné à Hervé Morin pour lui proposer ses services ? Si c'est exact, cela atteste que ledit Besson n'est nullement carriériste, ni teigneux, ni revanchard, mais qu'il est juste un grand homme.

Écrit par : Bruno | 25/04/2007

Je partage totalement l'anamyse de Sylvain Attal. La question qui est posée est la suivante : a t-on le droit de changer de camp alors que le combat est déjà commencé ? Lorsqu'on choisi un camp, on le choisit après mure réflexion. Certes, il n'est pas interdit d'évoluer (ou de régresser) dans ses jugements mais ce processus s'il est sincère nécessite du temps. Le changement radical de M. Besson dénote tout simplement une attitude opportuniste, indigne d'un élu quel qu'il soit. Eric Besson est à l'image d'un soldat déserteur qui par peur de se faire flinguer préfère changer de bord pour flinguer ses amis et sauver sa tête. C'est de la lacheté...Nicolas Sarkozy n'étant pas le premier venu dans la politique, ne fera jamais confiance à ce traitre au point de lui confier la moindre responsabilité et tant mieux.

Écrit par : Nejib | 09/05/2007

Eric Besson suite
Je ne reviendrai pas sur l'oportunisme d'Eric Besson au cours de la campagne presidentielle mais au moment ou le president elu des francais forme son gouvernement j espere qu'il ne prendra pas eric besson dans son equipe cet homme a trahi son parti et surtout ses electeurs
L' ouverture a gauche ne peut en aucun cas s'appeler eric besson par ailleurs ne dit on pas qui a trahi une fois trahira encore?

Écrit par : SIVIEUDE ADRIEN | 11/05/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu